• Pour ma participation au thème de l'orientalisme proposé par Lilou, je voulais évoquer le lien entre les Impressionnistes et l'art japonnais. Et, j'ai découvert par le biais d'une note sur une exposition ayant eu lieu à Marseille, "Merveilles de l'Orientalisme", les œuvres d'Yvonne Kleiss.

     

    En Kabylie avec Yvonne Kleiss

     La fontaine - Gouache - sur Artnet  J'ai grand besoin de bleu en ce moment

    Nous sommes loin ici d'un Orient fantasmé, mais bien dans l'univers du vécu. En effet Yvonne Kleiss est née en Kabylie et connait bien les lieux, les hommes et les femmes qui y vivent.

    Fille du peintre Édouard Herzig, elle fait ses études à Alger. En 1913 son père s'installe à Paris pour que ses filles puissent y poursuivre leurs études artistiques. Elle reviendra en Algérie en 1918

    Elle devient en 1933 l'épouse de Hans Kleiss, autre peintre orientaliste, et son nom d'artiste lui sera associé.  Elle s'installe au Maroc en 1952, avant de revenir en métropole. Wikipedia

    Elle peint beaucoup de portraits, témoignant ainsi d'une réalité, même si elle est vue par une occidentale.   L'Algérie alors est encore "française".

     

    En Kabylie avec Yvonne Kleiss-Herzig

    les paons -  j'ajoute cette huile que car j'aime beaucoup. - artnet

     

     

    En Kabylie avec Yvonne Kleiss-Herzig

    Pour le tableau du samedi :

    En souvenir de Lady Marianne qui portait ce challenge nous continuons à parler de peinture tous les samedis.

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Deux mots sur le peintre, et on partage. Et voilà ! 

     

    Vos participations cette semaine : un large choix de peintres orientalistes

    Amande Douce

    Annie du Chemin

    CovixLyon

    Jazzy

    Kimkat a choisi un chat de Le Nain

    Lilou Soleil

    Mireille 29

    Monica-Breiz

    Pulsatilla

    Tortue

    Zazarambette en vacance du tableau du samedi.

     

    Pour la fin du mois de septembre et le 2 octobre, Lilou nous propose de voyager :

    dans les paysages de l'Antiquité.

    lire ICI

     


    17 commentaires
  •  

    Bel effet graphique pour ces gilets en train de sécher.

    Pour le clic clac du vendredi,

    Le Clic Clac , c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine..

    Avec Tortue sur son blog,

     


    19 commentaires
  • Lilou nous a proposé comme thématique pour le mois de septembre, l'art oriental - ou orientalisme

    Le développement des moyens de transport permit à certains artistes de voyager en Afrique du Nord ou au Proche-Orient. Il en résulta un courant littéraire et pictural. Dans le domaine pictural, il s’agit d’une thématique particulière de l’académisme : la représentation est extrêmement soignée et se veut réaliste, même s’il s’agit parfois d’une réalité fantasmée. Ce courant sera surtout représenté par des artistes français et britanniques issus par conséquent des principales puissances coloniales de l’époque.

    Si j'avais pensé en premier aux odalisques des harems, c'est la figure de Salammbô qui s'est vite imposée. Et j'ai trouvé la représentation que je préfère sur le blog d'une amie,

     

    Salammbô ou l'Orient fantasmé

    Carl Strathmann - huile et autres matériaux sur toile 1895- In Echo de mon grenier

    Carl Strathmann (Karl Strathmann), né le 11 septembre 1866 à Düsseldorf, mort le 29 juillet 1939 à Munich, est un peintre, graveur et illustrateur allemand.Nombre d’œuvres de Carl Strathmann reprennent les thèmes des symbolistes tels que ceux de la femme fatale,de l'érotismeWikipedia

     

    Le grand serpent noir enroulé autour de Salammbô endormie semble sur le point de la réveiller d'un baiser, tel le prince charmant de la Belle au bois dormant. Il s'agit du passage du livre de Flaubert, où, pour sauver son python noir qui dépérit, Salammbô va chercher le voile de Tanit chez Mâtho, sous sa tente, en le séduisant. Ensuite elle se livre à une danse sensuelle avec le serpent.

    Salammbô est en effet un personnage totalement fantasmé par Flaubert, qui après Mme Bovary écrit la grande fresque historico-orientaliste dont il rêvait. Pour cadre, il choisit Carthage, la rivale de Rome, et se rend en Tunisie pour fixer le décor de son roman. Il se documente aussi auprès d'archéologues et dans la littérature antique.  Après Emma Bovary, il choisit une femme fatale, mystérieuse et initiée aux cultes secrets et liée au destin de Carthage, fille d'Hamilcar (inspiré lui d'un personnage historique). Au IIIe siècle avant notre ère, pendant la première guerre punique, les mercenaires se révoltent emmenés par Mâtho le Syrien qui assiègent la ville. Sur cette trame, en partie historique, Flaubert livre une histoire d'amour sulfureuse, enrobée par tout le mystère d'une civilisation encore mal connue. Le roman connaîtra un succès immédiat et fixera une mythologie de l'Orient antique.
    La figure de Salammbô sera reprise par les peintres, les illustrateurs,

    Salammbô ou l'Orient fantasmé

    Alfons Mucha, Salammbô, l'incantation - 1896, lithographie et Philippe Druillet en 1980- trilogie en BD

     elle va rejoindre toutes ces incarnations de la beauté fatale qui ont tant fait rêver les hommes de cette société puritaine du XIXe siècle occidental, dans un Orient où tout semble permis.

     

    ---------------------------------------------

    Salammbô ou l'Orient fantasmé   En souvenir de Lady Marianne qui portait ce challenge nous continuons à parler de peinture tous les samedis.

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Deux mots sur le peintre, et on partage. Et voilà ! 

     

     

     

     

    Interruption pour cause de Forum des Associations... A ce soir !

    Lilou a bien voulu mettre en lien vos participations, et vous pouvez suivre ceux dans les commentaires.


    16 commentaires
  •  

     

    L'envol de la mouette

     

    Les mouettes descendent le Rhône portées par le courant, puis au bout d'un certain temps, s'envolent pour revenir plus haut. Et c'est l'un de mes défis de photographe : capturer le vol des oiseaux. Mais sans équipement particulier. Alors oui, la photo n'est pas le top de la photo reportage, mais elle me plait ainsi. 

    Pour le clic clac du vendredi, avec Tortue sur son blog :

    Le Clic Clac , c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine.

     


    8 commentaires
  •  RECTIFICATIF

    Pour cette rentrée je vous proposais de chercher la petite bête,

     

    Tableau du samedi en septembre : les petites bêtes

    sol du Duomo de Sienne, pour Martine wink2 IN : "les petites bêtes dans l'art" Pour une image

     Sous réserve d'autorisation du propriétaire du site

    Au départ je pensais plutôt aux petites bêtes qui charment nos étés, papillons, libellules, etc. Mais il y en a tellement d'autres.

    ********************************

    Bon, il y a eu un enthousiasme à reprendre et Lilou a proposé une autre thématique :

    L'art oriental

     On appelle aussi ce courant l'orientalisme

    Tableau du samedi en septembre : l'art oriental

    exemple au cinéma avec le Sheik, Rudolh Valentino  Wikipedia

    "Le développement des moyens de transport permit à certains artistes de voyager en Afrique du Nord ou au Proche-Orient. Il en résulta un courant littéraire et pictural. Dans le domaine pictural, il s’agit d’une thématique particulière de l’académisme : la représentation est extrêmement soignée et se veut réaliste, même s’il s’agit parfois d’une réalité fantasmée. Ce courant sera surtout représenté par des artistes français et britanniques issus par conséquent des principales puissances coloniales de l’époque."

    https://lilousoleil.wordpress.com/

     

    Pardon donc pour ce doublon, je vous proposerai les petites bêtes une autre fois...

     

     


    16 commentaires
  •  

    "Canicule" par  Odile Touillier

    « Canicule » Acrylique sur toile – 40 x 50 cm https://touillier.com

     

    On le sait la perception de ce qui nous entoure et sa restitution sont très personnelles. Mais ici, les couleurs claquent, exacerbées par la lumière violente de l'été et la chaleur s'en échappe. Nous sommes à la limite de l'incendie.

    Extrait d'une exposition de 2018 (Viva la pampa - Peinture 100% inspiration drômoise ! )
     à l'ancien Monastère de Sainte Croix, près de Die, lieu qui s'est reconverti en centre culturel internationale.  Odile Touillier participe à la programmation des expositions.

     

    "Titulaire d’un Diplôme universitaire « Acteur Social en éducation artistique et culturelle" elle est de ces artistes qui s'investissent dans l'action en faveur de la diffusion de l'art, pour favoriser la rencontre entre l'art, les artistes et le public.

    "Elle peint avec plaisir, son œuvre exprime la chaleur, la joie de vivre, le mouvement. Les tons sont vifs, rouge, orange, bleu, jaune mais sans agressivité. Peu de noir sur ses tableaux ou alors pour souligner un jaune éblouissant... " le "Dauphiné Libéré"

     

     Pour le Tableau du samedi sur le thème

    "l'été entre pluie et canicule"

    "Canicule" par  Odile Touillier

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

    En souvenir de Lady Marianne

     Vos participations cette semaine :

    Amande Douce

    CovixLyon

    Jazzy en pause

    Kimkat

    Lilou Soleil  toujours en pause estivale

    Monica-Breiz

    Pulsatilla

    Tortue

    Zazarambette

     

     

     


    12 commentaires
  •  

    Les gargouilles du cloître des Carmes

     

    J'avais pris cette photo de la terrasse toit du cloître et j'avais aimé cette symétrie.

    Pour le clic clac du vendredi

    Le Clic Clac , c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine...

    avec Tortue sur son blog.

     

     

     


    8 commentaires
  •  

    Paul Signac : orage à Saint Tropez

    Saint-Tropez, l'orage - 1895 - Musée de l'Annonciade, Saint-Tropez, France. Wikipedia

    Paul Signac découvre Saint Tropez en 1892. Il a peint, ce lieu qui n'était encore qu'un village de pécheurs, qui deviendra son lieu de villégiature loin de l'agitation de Paris jusqu'en 1913. Là sa palette va se colorer aux tons vifs du sud, sa touche s'élargit et il s'éloigne de l'influence de Seurat et du pointillisme. Il va vraiment trouver et développer son style propre.

    L'actualité a malheureusement rattrapé mon choix de cette semaine et j'adresse une pensée à la région de Saint Tropez sous les flammes ces derniers jours, et ce beau massif des Maures ravagé par le feu. Une pensée aussi pour celles et ceux qui ont tout perdu. Après les gros orages, la canicule a provoqué la sécheresse et le vent fort a rendu très difficile la lutte contre le feu. cry

     

     Pour le tableau du samedi sur le thème : "l'été entre pluie et canicule

    Paul Signac : orage à Saint Tropez

    En souvenir de Lady Marianne qui portait ce challenge nous continuons à parler de peinture tous les samedis.

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Deux mots sur le peintre, et on partage. Et voilà ! 

    Alors avez vous choisi la pluie ou la chaleur de l'été ? Les deux :

    Amande Douce

    CovixLyon

    Jazzy

    Kimkat

    Lilou Soleil - en pause estivale

    Monica-Breiz

    Pulsatilla

    Tortue

    Zazarambette - en pause cette semaine

     

     

     


    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires