• Nous entrons dans le dernier mois de l'année, et dans l'hiver, depuis hier il a même neigé, et pour cette quinzaine j'ai eu envie de parler un peu d'imaginaire. Je vous propose donc :

     

    Le tableau du samedi : le thème pour le mois de décembre

     

    Animaux fantastiques et autres créatures improbables

     

    Je me suis inspirée du titre d'un article sur un blog :

    https://doltopamartsplast.overblog.com/animaux-fantastiques-monstres-et-autres-cr%C3%A9atures-improbables

    Et ce ne sont pas forcément des êtres de cauchemar. Enfin, si j'ai choisi une enluminure, ce n'est pas un hasard, le Moyen Age nous offre un beau panel de créatures improbables. 

     

     


    14 commentaires
  •  

    Martin Drölling, Intérieur de cuisine, 1815 - Musée du Louvre  pour le voir mieux Beaux Arts

     

    Cette scène d'intérieur qui se passe dans une cuisine, n'a rien pour retenir notre attention lorsque nous visitions ce musée si riche en peintures. On peut se demander simplement pourquoi ces femmes sont installées dans une cuisine pas trop bien rangée et pas vraiment confortable. Là dessus je n'aurais pas la réponse. Mais pour ce qui est de l’intérêt de cette toile et pourquoi l'on parle encore d'elle aujourd'hui, ce ne sont pas pour les bonnes raisons.

    En effet, nous sommes ici à la fin de l'Empire, on peut reconnaître la période post révolutionnaire à la tenue des femmes. Et le peintre a utilisé, cela semble confirmé, des pigments fabriqués avec les restes organiques, et pas des moindres, ceux de membres de la famille royale.

    "L’histoire est même attestée par de nombreux documents conservés aux Archives nationales (pièces cotées 03 623). On y lit comment, en 1793, l’architecte Louis-François Petit-Radel est chargé, dans la tourmente de la Révolution française, de disperser les quarante-cinq cœurs de princes et de princesses de la maison de France et des rois Louis XIII et Louis XIV. Pour accomplir sa tâche, l’architecte a vendu les restes funèbres à des peintres amis, tel Martin Drölling, qui en a acheté une douzaine…" Beaux Arts

    J'ai piqué l'idée du titre à celui de l'article qui se nomme "Pourquoi cet innocent intérieur cache une histoire… gore". C'est ainsi que ce tableau a pris une dimension historique. Nous, dans notre XXIe siècle où tout a été bousculé, nous demandons ce que ces pigments pouvaient bien apporter à la peinture elle-même ? Ce serait oublier que l'on utilise encore le fameux « mummie », mais sous forme d'"une chimie d’oxyde de fer, de carbonate de calcium et de kaolin. Garantie sans fantômes !"

     nuancier brun mummie

    A l'origine fabriqué avec des momies broyées, on les utilisait aussi en pharmacopée, ces pigments ont la cote à partir du XVIe siècle. Mais l'histoire ne dit pas si ils étaient fabriqués à partir du bitume ou des momies elles-mêmes.

    "Histoire du pigment brun de momie" Marielle Brie

    Pour en revenir au tableau de Drölling, il en est autrement puisque nous avons la confirmation qu'il peut contenir des restes infimes de princes royaux et des rois Louis XIII et Louis XIV.

     

    Pour le tableau du samedi 

    En souvenir de Lady Marianne qui portait ce challenge nous continuons à parler de peinture tous les samedis.

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Deux mots sur le peintre, et on partage. Et voilà ! 

     et j'ai respecté le thème suggéré par Lilou : "scènes quotidiennes"

     

     Les participations sur ce thème, très inspirant :

    Amande Douce

    Annie du Chemin

    CovixLyon

    Jazzy

    Kimkat

    Lilou Soleil

    Marie des Vignes 

    Mireille29

    Monica-Breiz

    Pulsatilla

    Tortue

    Zazarambette

     

     

     Au fil des publications, et c'est un peu comme un jeu de piste. Donc si j'ai oublié quelqu'un ou quelqu'une, merci de me le signaler.

     

     


    25 commentaires
  •  

    Le petit coin à la mode gallo-romaine

    Toujours à Saint Romain en Gal, un espace  qui est à la fois  en l'état et reconstitué, les latrines

    On imagine bien, à la fois le luxe de l'endroit, du marbre, des fresques, et la convivialité du lieu où l'on pouvait papoter  en groupe. En plus, ce que l'on ne voit pas de prime abord, c'est l'ingénieux système de circulation de l'eau qui permettait à la fois de se nettoyer (à l'aide de bâtons avec des éponges, et les rigoles aux pieds) et d'évacuer les eaux salies. Sous les sièges, et là ce sont les esclaves qui assurent la propreté. 

    Et ces messieurs/dames (non, ils ne venaient pas aux mêmes heures) de profiter des bienfaits des thermes et des terrains de sport attenants. Ils savaient vivre nos ancêtres, enfin si vous venez d'un milieu aisé sarcastic

     

     

    Le petit coin à la mode gallo-romaine Pour le clic clac du vendredi avec Tortue sur son blog

    Le Clic Clac , c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine...

     

     


    14 commentaires
  •  

     

    Miguel Morgan observateur de son époque

    Berlin 2017

    Ce sont des scènes de la vie quotidienne dans les métros de toute l'Europe que Miguel Moran capture avec son appareil photo puis reproduit en peintures réalistes.

    On peut y lire tous les sentiments, les émotions, éprouvés dans la vie de la ville contemporaine, isolement, lassitude, tous ces instants de vie à la fois partagés et vécus en solitaire.Si ce n'était le titre, rien ne distinguerait ces personnes si semblables, dans des lieux si semblables eux aussi.

    Miguel Morgan observateur de son époque

    Ici, il peint la toile ci-dessus, en vente sur le site en lien.

    "Artiste autodidacte, photographe et peintre, Miguel Moran fait sa première expo lors de « Bruxelles 2000 : Capitale européenne de la culture ». La presse s’intéresse à lui, des articles lui sont consacrés dans les plus grands médias belges, il gagne ensuite la confiance des galeries, et dans la foulée remporte plusieurs concours comme celui du sénat de Belgique à deux reprises ou encore une sélection pour une expo au SMAK (Musée d’art contemporain de Gand)."

     

    kazoart

     

     

     

     

    Miguel Moran observateur de son époque Pour le tableau du samedi selon le thème proposé par Lilou :

    « Les Scènes quotidiennes »

     

     

     

     

     

    Vos participations, avec des choix plus intimistes que le mien

    Amande Douce

    CovixLyon

    Jazzy

    Kimkat

    Lilou Soleil

    Mireille 29

    Monica-Breiz

    Pulsatilla

    Tortue

    Zazarambette

     

    Et encore :

    Annie du Chemin nous présente l'awale, jeu et œuvre d'art

    Pestoune a choisi de parler de Yuichi Ono, le peintre des fleurs,

    et même si cela dépasse du cadre du tableau du samedi.

     

     


    18 commentaires
  •  

    Bienvenue dans les Côtes du Rhône

     

     

    Un mur de bouteilles nous accueille à l'office du tourisme de Vienne (38) : toutes des côtes du Rhône qui vont des Côtes rôties aux Hermitages et même au Cornas. Impressionnante collection !

     

    Bienvenue dans les Côtes du Rhône

    Pour le Clic Clac du vendredi avec Tortue sur son blog :

    Le Clic Clac , c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine..

     

     

     


    10 commentaires
  •  

    Le miroir et l'autoportrait

    Marcia peint son autoportrait, enluminure du Maître du Couronnement de la Vierge, connue en France en 1403, figurant dans la traduction de l'ouvrage de Boccace, De mulieribus claris - Bibliothèque nationale de France - Wikipedia

     

    Le miroir est le complice obligé des peintres qui veulent se représenter eux-mêmes, et il leur a fallu du temps pour le faire oublier. Ici nous sommes devant l'un des premiers autoportraits suggéré. Cette enluminure est intéressante à plusieurs degrés, et bien entendu pour cette raison en premier. Mais aussi parce qu'il s'agit d'une femme, en ce début du XVe siècle, cela vaut d'être signalé. Mais aussi pour des raisons techniques, elle nous montre plusieurs pratiques en cours dans la peinture du Moyen-Age, mais aussi certaines innovations. L'artiste utilise des couleurs déposées dans de petits godets, des coquillages qui contiennent les pigments dilués. Jusqu'alors on ne mélangeait pas les couleurs, et là l'artiste utilise une palette. Ce qui suppose qu'elle mélange les tons, même si cela devait rester difficile sur une si petite surface.

     

    Le miroir et l'autoportrait

    Pour le tableau du samedi sur le thème "miroir", proposé par Lilou

    En souvenir de Lady Marianne qui portait ce challenge nous continuons à parler de peinture tous les samedis.

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Deux mots sur le peintre, et on partage. Et voilà ! 

     

    Vos participations cette semaine : de belles trouvailles

     

    Amande Douce

    CovixLyon

    Jazzy

    Kimkat

    Lilou Soleil

    Marie des Vignes

    Monica-Breiz

    Pulsatilla

    Tortue

    Zazarambette

     

    Pour la dernière quinzaine de novembre Lilou nous propose :

      "Les Scènes quotidiennes . Repas ou jeu cela donne des toiles intimistes ou pas."

    https://lilousoleil.wordpress.com/2021/11/17/tableau-du-samedi-le-theme-3/

     

     


    9 commentaires
  •  

    Dans le port de la Vienne antique

     

    Musée de Saint Romain en Gal, reconstitution du port de la ville gallo-romaine et des entrepôts.

     

    Dans le port de la Vienne antique

    Pour le clic clac du vendredi avec Tortue sur son blog,

    Le Clic Clac , c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine...

     

     


    10 commentaires
  •  

    Comme une suite donnée au Tableau du samedi sur ce thème (ICI et ICI) de la Nature dans les œuvres de l'Antiquité, j'ajoute ces deux représentations assez extraordinaires que j'ai pu admirer hier au musée gallo-romain de Saint Romain en Gal :

     

    La nature dans les représentations antiques - suite

     

    à gauche détail d'une fresque, oiseaux et iris, et à droite détail de la mosaïque représentant Orphée.

    Originales par leurs couleurs. Rappel dans la mosaïque, les couleurs qui flashent sont en verre coloré. 

    https://musee-site.rhone.fr/

     

     


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires