• L'artiste n'est pas un miroir
    il ment
    il truque
    il illusionne
    il réinvente
    la vérité
     

     

    Ici une double illusion : Arcimboldo recréait une image faussement réaliste et il s'agit d'une reproduction en sculpture du tableau 'le Feu" -

    Réalisation de M.J. Dumon pour une vitrine: la photographie a été prise in situ, d'où sa qualité médiocre.


    4 commentaires
  • Le 25 juin 1912 Pablo Picasso loue la villa des Clochettes à Sorgues. En août il est rejoint par Georges Braque qui vient passer ses vacances à la villa Bel Air. Braque est mobilisé en 1914, blessé il revient à Sorgues où il reste jusqu'en 1917. Picasso s’installera à Avignon, boulevard Raspail (à vérifier), mais en 1913 il retourne à Céret.

    Picasso aurait installé son atelier près de l'université, alors c'était encore l'Hôpital, dans l'ancienne chapelle des religieuses, qui est aujourd'hui un café :

     

    Lorsque Picasso travaillait à Sorgues et à Avignon

     De l'intérieur

    Picasso et Braque fréquentaient un marchand de couleurs, mais aussi de papiers peints, place des Corps Saints à Avignon (à vérifier encore) . C'est là (?) que Braque repère un rouleau de papier peint imitant le chêne et que serait née l'idée des papiers collés. On sait que c'est à Sorgues que Braque crée son premier papier collé :"Compotier et Verre", technique que Picasso adoptera cette même année.

     

    Lorsque Picasso travaillait à Sorgues et à Avignon

    Violon et feuille de musique, automne 1912. Musée Picasso Paris

    En pleine période cubiste cette technique introduit le réel dans le tableau, mémoire d'objets souvent dérisoires, mais pour Braque il s'agit surtout du refus de l'abstraction.

    En 2012 la ville de Sorgues proposait une exposition consacrée à cette technique inventée en 1912,

     

    Lorsque Picasso travaillait à Sorgues et à Avignon

    Picasso - le violon 1913

    NB : je ne certifie aucune des informations contenues dans cet article, si ce n'est celles qui concernent les papiers collés. Tout ce qui concerne le passage de Picasso à Avignon semble marqué top-secret, car on en trouve difficilement la trace. Pour ce qui est des œuvres de Braque, il semble que la reproduction n'en soit par autorisée. Le marchand de couleurs a fermé ses portes il y a quelques années mais jusqu'au bout il proposait toujours à la fois du matériel de Beaux Arts et tout ce qu'il faut pour décorer son intérieur. Picasso aurait contesté  à Braque l'initiative des papiers collés, personne ne saura ce qu'il en a été, et nous pouvons continuer à penser que c'est à Avignon que l'idée en est venue.

     Voir l'article sur les papiers collés sur le site http://www.megapsy.net qui propose notamment une reproduction de "Compotier et Verre" de Georges Braque.

     

     


    4 commentaires
  • La question peut sembler étrange, voire incongrue, c'est pourtant celle que pose un film non moins étrange "Le Silence avant Bach", film germano espagnol de Pere Portabella sorti en 2008.

    Le silence ou Bach ?

    Ce film n'est pas l'histoire de la vie de Bach, pas plus que celle de sa musique. Il s'agit d'allers-retours dans le temps et l'espace, entre l'époque où Bach s'installe comme Cantor à saint Thomas de Leipzig , celle où les romantiques redécouvrent sa musique et nos jours ; de l'Espagne à l'Allemagne, par l'intermédiaire de personnages qui voyagent et font voyager la musique- chauffeurs routiers, interprètes, allers-retours aussi entre tradition et évolution.

    A la frontière du documentaire et de la fiction Pere Portabella propose, à travers une série de tableaux plus ou moins provocateurs, clins d’œil en direction des aficionados de l'art conceptuel et des mélomanes, une réflexion sur l'importance de la musique dans notre paysage et notre vie. Jusqu'à des questions aussi graves que ce fameux « silence » avant Bach, ou plutôt n'y avait-il que du « bruit » avant lui ? La musique peut-elle guérir de tout, même de l'horreur – conversation à propos de l'utilisation des concerts dans les camps d'extermination, et peut elle alors faire souffrir ? La musique est-elle vraiment partout, prête à être cueillie comme il le sous-entend, pour peu que l'on veuille bien faire un effort ? La musique existe-t-elle si elle est privée d'interprètes ?

     

    Le silence ou Bach ?

     

    Lorsque François-René Duchâble quitte le devant de la scène en 2003 et abandonne sa carrière de concertiste il jette par deux fois un piano - ou plutôt une carcasse de piano, symbolique - dans les eaux des lacs d'Annecy et de La Colmiane. Cette image choc figure dans le film, comme l'un de ses questionnements.  Baptême purificateur, rupture avec un système élitiste... Le geste est fort. 

    Autre image forte, en exergue au film, celle du célèbre violoniste Joshua Bell jouant incognito sur son stradivarius pendant 40 minutes, six œuvres dont une partita de Bach, dans le métro de Washington en janvier 2007, à une heure de pointe. Sept personnes se sont arrêtées et il a gagné près de soixante dollars – une place à l'un de ses concerts en coûtait alors 100. 

    On le voit ce film pose de vraies questions auxquelles la réalité répond par le questionnement des artistes contemporains. Et s'il est vrai que la musique de Bach a failli disparaître si Mendelssohn ne l'avait redécouverte par hasard - la scène du marché dans le film - une question reste en suspens, car peut-on vraiment y répondre, c'est bien celle du silence face à la barbarie : quelle peut-être la place de l'art et de l'artiste dans une société qui a abjuré son humanité ?

     

    Le Silence avant Bach
    Un film de Pere Portabella avec Alex Brendemühl, Feodor Atkine, Christian Brembeck, Daniel Ligorio
    19 novembre 2008 (1h42min)
    Article repris depuis "Encrer le Monde"  - écrit à l'origine après avoir vu le film à sa sortie

    4 commentaires
  • Le premier week-end d'avril dans toute la France sont organisées les journées européennes des Métiers d'Art. A Avignon, elles se déroulent à la Chambre des Métiers, dans l'ancienne chapelle Sainte Praxède,

    Métiers d'art 2014

    sur mon blog Avignon états et lieux ICI

    Parmi les œuvres exposées, et celles que l'on pouvait photographier sans trop de difficultés, j'ai beaucoup aimé :

    Métiers d'art 2014

    • le magnifique boutis réalisé par Nadine Rogeret dans le cadre de l'atelier de courtepointe de Pernes les Fontaines, aux symboles de la Provence. L'une des lauréates 2014 ( le boutis contemporain se porte bien  : voir l'article ICI) 

    Métiers d'art 2014

    • le précieux du gilet réalisé par Isolde K - le Jardin de Couture,
    •  

    Métiers d'art 2014

    • insectes, l'un des 21 posés sur la très belle grille réalisée par l'atelier Feraud ( je ne les ai pas tous trouvés...) et la cigale sur le boutis, 

     

    Métiers d'art 2014

    • métal encore, très belle tête de cheval du au sculpteur David Benoît, et vélociraptor, du à Nicolas Érès, les Arts de fer. 

    Et enfin, le très beau vitrail réalisé par Agnès Moreau :

    Métiers d'art 2014

    vue partielle.

    Hier après-midi, dernier jour de cette manifestation, j'ai assisté à sa démonstration de réalisation d'un vitrail à l"ancienne". Seule différence entre un "vitrailliste" et un "maitre verrier" : ce dernier fabriquait aussi le verre, ce que ne fait l'artisan contemporain. Il se procure le verre auprès d'une fabrique et le découpe selon les formes qu'il a choisies pour composer son modèle. Pour la démonstration Agnès Moreau  avait choisi une petite composition déclinée dans plusieurs couleurs,

    Métiers d'art 2014

    à gauche les exemples, à droite Agnès Moreau ajuste les morceaux de verre à l'aide du plomb sur une planche. Lorsque tous le seront, elle pratique une brasure (la différence avec le soudage est que dans la brasure les matériaux restent séparés et séparables, dans le soudage, ils sont amalgamés). En dernier lieu un mastic liquide sera appliqué pour l’étanchéité. A noter qu'au terme, plutôt disgracieux de "vitrailliste" Agnès Moreau préfère celui de Cueilleur de lumière". http://lescueilleursdelumiere.com/accueil.html

    Sur mon blog "Échappées de lumière" je publie une photo qui permet de voir le bonheur du jour recouvert de cuir par Jean Gallon - Avignon -ICI

    D'autres démonstrations ont été proposées durant le week-end, que j'ai ratées faute d'avoir su saisir l'information à temps... Pardon à celles et ceux que je n'ai pas cités dans cet article.

    http://journeesdesmetiersdart.fr/


    2 commentaires
  • J'ai consacré un précédant article à l'internement de Camille Claudel à Mondevergues, ICI, et plus précisément aux commémorations du centenaire de son internement à Avignon, en 2013. J'ai omis de parler du film de Bruno Dumont consacré tout autant à Juliette Binoche qu'à Camille Claudel. Il a pris le parti de montrer l'artiste deux ans après son entrée dans l'asile alors qu'elle attend la visite de son frère.

    Je n'ai pas vu ce film en salle à sa sortie, il y a un an tout juste, mais je viens de le regarder sur CANAL, l'offre en clair étant proposée par le câble en ce moment pour inciter à l'abonnement (*).  Donc,  j'ai regardé ce film, tard, peut-être trop tard pour en apprécier l'austère esthétisme, esthétisme n'étant pas forcément un compliment pour moi.

    Non, j'ai été bien trop gênée par le fait que le réalisateur a situé l'action dans le monastère Saint Paul de Mausole, là même où fut interné Van Gogh. Tout alors sonne faux, hurle même que si Camille Claudel avait été là, dans ce cadre superbe entourée par cette nature - où elle se promène même - si elle avait été là plutôt qu'à Mondevergues, elle n'aurait peut-être pas vécu le même désespoir ???

    Camille Claudel à Mondevergues - 2

    Cela altère le propos même du film, à savoir la confrontation de l’héroïne au monde de l'aliénation, ses doutes  face aux certitudes de son frère. Je ne suis sans doute pas la seule que cela ait gêné.

    Pourquoi ne pas avoir choisi un lieu plus neutre qui n'aurait pas interféré sur le propos ? Bruno Dumont a-t-il voulu le parallèle avec Van Gogh ?

    (*) L'offre serait sans doute plus attrayante si les programmes n'étaient pas perturbés, hier soir après 22 heures la moitié des chaines avaient disparu, dont FR3, CANAL et bien d'autres.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique