• Élu en tant que membre associé étranger au fauteuil laissé vacant par le peintre américain Andrew Wyeth, Ousmane Sow est entré le 11 décembre dernier à l'Académie des Beaux-Arts, il est le premier artiste Africain à y être accepté.

    Le sculpteur Ousmane Sow entre à l'Académie des Beaux-ArtsSur le site de Jeune Afrique

    L'artiste a conçu le pommeau de son épée, représentant un Africain Nouba effectuant un saut, pour évoquer le "saut dans l'inconnu" qu'il effectua lorsqu'il a abandonné son métier de kinésithérapeute pour se consacrer à sa passion : la sculpture .

    Elle lui a été remise par : par Abdou Diouf, Secrétaire général de l'Organisation Internationale de la Francophonie et ancien président du Sénégal. Son habit d'académicien a été créé par « Azzedine Alaïa qui a assisté à l'installation ainsi que la maire de Lille Martine Aubry, le Défenseur des Droits Dominique Baudis, l'acteur Michel Piccoli et la chanteuse France Gall, amie de l'artiste et du Sénégal ;  ainsi que M. Abdou Aziz Mbaye, ministre de la culture du Sénégal.» AFP

    « Comme mon confrère et compatriote sénégalais Léopold Sedar Senghor, élu à L’Académie Française il y a trente ans, je suis africaniste. Dans cet esprit, je dédie cette cérémonie à l’Afrique tout entière, à sa diaspora, et aussi au grand homme qui vient de nous quitter, Nelson Mandela. » Extrait de son discours d'entrée.

    Le sculpteur Ousmane Sow entre à l'Académie des Beaux-Arts

      Guerrier couché MAM de Troyes - photo de 2003

    J'ai eu l'occasion de croiser une nouvelle fois l'oeuvre d'Ousmane Sow lorsqu'elle a été présentée au Pont du Gard en 2005.

    Le sculpteur Ousmane Sow entre à l'Académie des Beaux-Arts

     

     

     

     

     

     

    Une oeuvre majeure qui parle de l'homme par son essence même, la terre. Difficile de rester indifférent à la puissance et à la sensibilité de ces sculptures qui assurent la filiation entre la tradition et l'universalité de l'art. Mais c'est vrai qu'il n'existe aucun mot assez fort ni assez juste pour en parler comme je viens de le lire ICI


    8 commentaires
  •  

    L'artiste Gordon Young connait le pouvoir des mots. Ils les enferme dans ses sculptures, gravés dans la pierre ou le bois . En 2000 il a offert à sa ville natale, Carlisle, à la frontière entre l'Ecosse et l'Angleterre, une pierre gravée.

     

    LE POUVOIR DES MOTS

      La pierre de Carlisle sur le site de l'artiste
    http://www.gordonyoung.net/

    C'est bien dans et sur la pierre que l'homme a commencé à s'exprimer et pour les civilisations anciennes nous sommes heureux de pouvoir déchiffrer leurs messages qui nous aident à les connaître mieux. Ainsi pour la pierre de Rosette, qui a permis de déchiffrer les hiéroglyphes, ou pour la pierre de Rök, fragment de mythologie  nordique en caractères runiques.

    LE POUVOIR DES MOTS

    La pierre de Rosette  fait toujours rêver - ses dérivés au Brutish Museum

    Alors, il est possible de comprendre ceux et celles qui aujourd'hui encore veulent laisser leur trace dans la pierre (en proportion, y a t-il plus d'hommes que de femmes qui pratiquent le graffiti ??? Je n'ai pas cherché la réponse à cette question). Dans tous les lieux touristiques, certains ont laissé leur trace, nom, date... Dans d'autres lieux, plus secrets souvent, on peut trouver des déclarations d'amour, des traces plus touchantes, moins mégalos 

     Aujourd'hui c'est sur internet, sur les blogs et ailleurs que nous laissons nos traces. Celui-ci est mon quatrième (le sixième si l'on compte ceux que j'ai supprimés). Il se veut une alternative à "Encrer le Monde" que la bascule vers la nouvelle plateforme d'Overblog a totalement dénaturé. Ici, je veux parler du pouvoir des mots, je veux y croire, et de celui des images aussi.

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique