• Christine de Pisan

    Christine de Pisan

    mois de février du calendrier réalisé par l'atelier d'Avignon (voir présentation ICI) enluminure de Laurent Martinez et calligraphié par mes soins...

    Le poème choisi est "Mon vrai amour",

    Christine de Pisan

     

     

    Christine de Pisan

     

    Si Christine de Pisan est aujourd'hui mieux connue et son œuvre appréciée, ce ne fut pas toujours le cas. Née à Venise en 1364, elle est morte au monastère de Poissy vers 1430. Si elle n'est pas une trobairitz(*), elle est considérée comme la première femme de lettres française, la première à avoir vécu de sa plume. Pour plus de détails sur sa vie, voir la page qui lui est consacrée sur Wikipedia ICI.

    Christine de Pisan

    Christine de Pisan écrivant dans sa chambre - sur cette page de wikipedia

    L'époque de Christine de Pisan sonne la fin de la littérature courtoise, lorsque Jean de Meung reprend le Roman de la Rose, nous sommes loin de Guillaume de Lorris, dernier vrai représentant de cette tradition courtoise. Le ton est plus désenchanté, dogmatique. Fini le temps où la femme était la Dame, symbole de la perfection et de toutes les aspirations les plus nobles. Un vent d'anti féminisme commence à souffler. Lorsque Christine de Pisan compose son "Épître au Dieu Amour", pour contrer les idées de Jean de Meung, c'est l'Université de Paris qui se sent attaquée. Une querelle s'ensuit, seul Jean  Gerson soutiendra Christine de Pisan, lui qui, comme elle, défendit aussi Jeanne d'Arc.

    Alors, oui, Christine de Pisan est bien l'héritière des Trobairitz, la dernière femme qui défendit l'amour courtois et toute la pensée de la chevalerie, s'ouvre après elle l'ère des "femmes savantes", si décriées dans toute la littérature française, Molière en première ligne. Il faudra attendre la fin du XIXe et le début du XXe siècles pour que son œuvre soit redécouverte et que l'on passe outre la condescendance réservée à la littérature féminine. Sa figure sera utilisée par la Résistance, elle qui en pleine guerre de Cent Ans dédie un ouvrage à Jeanne d'Arc, Le Ditié de Jehanne d'Arc, 1429. Un grand nombre de travaux lui sont consacrés, pas seulement par les milieux féministes.

    (*) le calendrier a pour thème "Chansons de troubadours"

    A une simple biographie, j'ai privilégié l'approche de Régine Pernoud qui a beaucoup fait pour que les femmes du Moyen-Age retrouvent une place plus juste dans nos mémoires.

    « Sarn - adaptation de Claude SantelliJuste avant le barbouillage »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 17 Février 2015 à 11:04

    C'était donc la fin de l'ère du romantisme, quel dommage!

    Merci pour toutes ces informations Fardoise, je te souhaite une belle semaine, bises.

    2
    Mardi 17 Février 2015 à 17:37

    Merci Triskèle, heureusement le romantisme est revenu, bien plus tard et différemment.  Belle semaine à toi aussi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :