• L'art et les artistes

    Cette rubrique prendra la suite de mon blog  "Échappées de Lumière"

  •  

     

    C'était mieux avant : la montagne au XIXe siècle

    Caspar David Friedrich, Le Voyageur devant une mer de brouillard, 1818

     

    Oui la montagne c'était mieux avant, à l'époque peu de monde sur les sommets, et on y montait en redingote. Aujourd'hui il y a même des embouteillages sur le toit du Monde, les glaciers reculent...

     

    Caspar David Friedrich se singularise au XIXe siècle par ses compositions, comme ici le personnage de dos qui contemple le paysage.

    "Friedrich s’inscrit dans le romantisme allemand : il peint une nature grandiose, sublime, inquiétante, dont les forces dépassent l’homme et révèlent son caractère tourmenté. Brumes, tempêtes, éperons rocheux et gouffres sont autant de sujets métaphysiques. Le personnage vu de dos intervient alors dans le tableau comme un relais privilégié du spectateur. Il agit dans deux sens exactement opposés : dans l’un, il projette le spectateur dans l’image et le met à la place du personnage ; dans l’autre, il le sépare irrémédiablement du paysage puisque le point de vue du spectateur est déjà occupé. La figure de dos rejoint alors un questionnement très contemporain : celui de la place du spectateur."

    "C’était mieux maintenant : Elina Brotherus et le personnage vu de dos" By Bruno Dubreuil Oct 14, 2014

     

    Pour le tableau du samedi que Lady Marianne nous proposait chaque semaine et que nous poursuivons en souvenir de son dynamisme et son investissement, sur le thème cette semaine encore "c'était mieux avant"

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant  pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage

     

     

     

    Toutes vos participations sur le blog de Lilou, LILOU SOLEIL


    11 commentaires
  •  

    Le thème "c'était mieux avant", à part pour les vieux ronchons, ou plutôt surtout pour eux(*), est relié à l'idéalisation du passé et tous les mythes sur le paradis perdu... perdu souvent à cause d'une femme d'ailleurs. Et j'ai rapproché deux tableaux d'Odilon Redon, l'un de mes peintres préférés, qui a beaucoup évoqué les allégories, 

     

    Pour le tableau du samedi, le mythe du paradis perdu

     

    deux femmes dans leur nudité évoquent à gauche le printemps et à droite Pandore, celle par qui le malheur est arrivé dans la mythologie gréco-romaine.

    Odilon Redon - Le Printemps, 1883  Musée des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou, Russie -

    http://benita-musee.blogspot.com/ ( n'ayant jamais vu l'original, j'ai choisi cette représentation, en espérant qu'elle est fidèle) 

    Pandore (1914), huile sur toile, New York, Metropolitan Museum of Art.

     

    Deux œuvres éloignées dans le temps mais font partie de celles qui sont lumineuses, colorées en douceur, et dégagent une vraie sensualité. On sait qu'Odilon Redon a su aussi produire des œuvres sombres, et même très sombres, notamment dans ses gravures. Ainsi, le printemps peut   symboliser cette idée de bien être, de ces temps que l'on peut regretter, en quelque sorte le paradis sur Terre ;  et Pandore, la femme qui dans son innocence a ouvert la boîte qui contenait tous les maux de la terre et les a laissés se répandre. 

    En plus de l'idéalisation et du mythe, certains considèrent aussi, qu'après cette période l'art a sombré dans le chaos de l'abstraction, et que d'une certaine manière les symbolistes, encore plus les impressionnistes, sont les derniers avec qui la peinture "c'était mieux avant." A moins que ce ne soit le début de la déconstruction ?

     

    (*) on peut leur conseiller le livre de Michel Serres "C'était mieux avant" et il répond non bien sûr.  http://www.lacauselitteraire.fr/c-etait-mieux-avant-michel-serres

     

    Pour le tableau du samedi :

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

    En souvenir de Lady Marianne qui a porté ce challenge sur son blog,

    retrouvez les autres propositions sur le blog de Lilou - Lilou Soleil

     


    11 commentaires
  •  

    Tempête par Michèle Franck

     

    Une œuvre contemporaine qui rend l'effet et l'impression de la tempête. Michèle Franck découvre la peinture en 1980 et travaille en autodidacte. Intéressée surtout par le travail de la matière, elle utilise tous les média et supports. Par la couleur et une peinture gestuelle, elle recherche la spontanéité et l'expression des sentiments.

    http://www.frank-wiroth.lu

     

    Pour le tableau du samedi, sur le thème des tempêtes,

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

     

     

    Toutes les participations sur le blog de Lilou, Lilou Soleil


    11 commentaires
  •  

    Le tableau du samedi : tempêtes par le maître des marines : Joseph Vernet

    Tempête de mer avec épaves de navires 1770 Collection de peintures de l'État de Bavière - Wikipedia

     

    Plusieurs bateaux en difficulté, l'un d'eux s'est fracassé sur les rochers, les passagers et l'équipage tentent de sauver ce qui peut l'être. L'une des nombreuses  tempêtes peintes par Joseph Vernet, le maître des marines, à qui Louis XV  avait même passé commande de 24 tableaux représentant les ports français, seul 15 seront réalisés.

    J'ai choisi ce peintre car il est avignonnais de naissance et une importante collection est conservée au musée Calvet, des toiles aussi impressionnantes par leur taille que par la maîtrise du peintre.

    Autre curiosité, conservée au musée Calvet justement, une peinture de son petit fils, Horace Vernet,

    Joseph Vernet attaché à un mât étudie les effets de la tempête :

    Le tableau du samedi : tempêtes par le maître des marines : Joseph Vernet

     

     

     

     

     

     

     

    Je n'ai trouvé qu'une mauvaise reproduction, ce tableau est visible sur le site du musée Calvet 

     

     

    The World's Best Photos of avignon and painting

     

    Pour le tableau du samedi, sur le thème

    les tempêtes – en Bretagne, en mer, et ailleurs

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

     

    Toutes les participations sur le blog de Lilou, Lilou Soleil

     


    11 commentaires
  •  

    Mardi Gras vu par Paul Cézanne pour le Tableau du samedi

    Paul Cézanne Mardi gras, 1888

     

    Je suis heureuse d'avoir trouvé ce tableau de Cézanne, avec ce thème de l'Arlequin et du Pierrot, thème que je ne pensais pas trouver dans son œuvre. S'il fait partie de mon panthéon de la peinture, Cézanne n'est pas pour autant un peintre festif et ces deux personnages ne le sont pas vraiment. Je me demande s'il ne les a pas choisi pour satisfaire son penchant pour la construction géométrique, évidente ici, en y ajoutant la difficulté des losanges sur le costume de l'Arlequin.

     "Le Mardi Gras monumental de 1888 réunit Cézanne fils et Louis Guillaume, en Arlequin et Pierrot, pas seulement comme des acteurs sur une scène mais en tant qu’eux-mêmes. Le tableau fut soigneusement préparé par des esquisses exécutées minutieusement ; et si à première vue le résultat final semble plutôt raide, à y regarder de plus près, il est riche en résonances et sa surface est animée."

    Pavel Machotka - Société Paul Cézanne

     

    Nous sommes ici dans la célébration du Mardi Gras, où l'on se déguise en famille, et où on pouvait se promener dans la rue, avec notamment des flambeaux. Mais il ne s'agit pas du Carnaval, fête collective dument préparée et où s'incrustent des traditions locales souvent très anciennes.

     

    Mardi Gras vu par Paul Cézanne pour le Tableau du samediLe thème proposé pour cette semaine pour le tableau du samedi était en effet,

                      Mardi gras et carnavals

     En hommage à Lady Marianne qui a porté ce défi sur son blog,

    retrouvez les autres participations sur le blog de Lilou,

            Lilou Soleil

     

     

     

    NB, j'ai choisi ce thème non seulement car nous sommes dans la semaine du Mardi Gras, mais aussi dans la période des carnavals, compromis cette année par une psychose dument entretenue à propos d'un virus autour duquel on entend tout et n'importe quoi. Des carnavals ont déjà été annulés... Je n'ai pas de mots pour décrire ma désolation face à ce déchaînement de manque de discernement qui ne peut que provoquer la panique. 

     

     


    10 commentaires
  •  

    Le baiser le plus acrobatique de l'histoire de l'art : Marc Chagall, L'anniversaire, 1915

     

    "Marc Chagall nous offre le baiser le plus acrobatique de l'histoire de l'art : l'homme contorsionne sa tête de façon irréelle pour embrasser sa fiancée. Chagall a réalisé L'anniversaire à l’âge de 28 ans, en 1915, pour se dépeindre avec son grand amour Bella Rosenfeld, qu’il a épousée la même année. Chagall écrira plus tard que leur amour a débuté au premier regard, pour se poursuivre pendant 35 ans. Chagall est un vrai conteur d'histoires, les personnages flottants et les couleurs vives sont des éléments récurrents dans sa peinture. L'œuvre est située au MoMa à New York." Barnebys Magazine

     

    Pour le tableau du samedi, le thème éternel de l'amour : "l'amour toujour l'amour, le baiser en peinture"

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions, deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

    Toutes les participations sur le blog de Lilou,

    il y aura sans doute des doublons... mais tant pis. Et bien non, pas de doublons, n'est-ce pas merveilleux ?

     

     


    11 commentaires
  •  

    Au départ de ma recherche une œuvre entrevue dans le film "Orgueil et Préjugés" sorti en 2005

    Le voile qui dévoile en sculpture - entre esthétique et prouesse technique

    Raffaelle Monti, A Veiled Vestal Virgin,1847, Chatsworth House, England

     

    et du nom de l'auteur de cette sculpture. Elizabeth Bennet visitant le château de Pemberley tombe, notamment, sur cette statue - La scène a été tournée dans le château de Chastworth, avec, au passage, un anachronisme, Jane Austen ayant situé son roman au tout début du XIXe siècle, mais là n'est pas le sujet. (1)

    Cette œuvre de Raffaelle Monti constitue une prouesse technique en reproduisant dans le marbre la transparence d'un voile qui en fait dévoile le visage. Un procédé utilisé depuis l'Antiquité grecque avec le rendu "mouillé" qui, sous le tissu, dévoilait les formes.

     

    Le voile qui dévoile en sculpture - entre esthétique et prouesse technique

    entre la représentation d'un vêtement quotidien et son simple rendu, la sculpture hellénistique introduit l'esthétique du drapé sous lequel le corps est tout autant dévoilé que voilé. Le drapé devient un constituant à part entière de l'esthétique, accrochant la lumière, rendant le mouvement. 

    Par delà la symbolique du voile, je m'attache ici à cet élément artistique, le voile, en tant que vêtement de la femme, représenté par des hommes...

    Une exception cependant, le fameux christ voilé de Naples

    Le voile qui dévoile en sculpture - entre esthétique et prouesse technique

    sculpture en marbre de Giuseppe Sanmartino, chapelle Sansevero de Naples, Wikipedia

    dans la même veine que la Vestale de Raffaelle Monti, et pour lesquels on peut se poser la question d'un certain maniérisme, la prouesse technique pour la prouesse ?

    Il n'en reste pas moins une forte expressivité héritée du baroque et des "extases" du Bernin.

    Lire la suite...


    8 commentaires
  • Enfin, c'était hier, mais il n'est jamais trop tard pour offrir des fleurs...

    Un petit bouquet ça fait toujours plaisir...

     

    J'ai choisi ces pivoines peintes par un artiste d'origine russe mais établi en France, Sergueï Toutounov

     

    Le tableau du samedi - aujourd'hui on offre un bouquet pour la St Valentin...

     

    Cela peut faire un beau bouquet de Saint Valentin - j'adore les pivoines - même si elles ne sont pas vraiment de saison...

    J'aime la douceur de cette toile. L'artiste nous propose une page pour suivre l'évolution de la peinture ,http://www.toutounov.fr/Lesson4.htm

    "Sergueï Toutounov est né en 1958 à Moscou dans une famille d’artistes peintres. Enfant, il suit une formation régulière et systématique du dessin et de la peinture sous l’égide de son père, Sergueï Andréïévitch. Selon l’artiste, il a été son principal professeur. De 1974 à 1980, il étudie à l’Institut d’Art Sourikov à Moscou d’où il sort diplômé en tant que peintre de chevalet. En 1982, il épouse une Française d’origine russe et vient s’installer à Paris. Actuellement il vit dans son atelier à Bussy-en-Othe".

     

    Le tableau du samedi - aujourd'hui on offre un bouquet pour la St Valentin...Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

     

    Toutes les participations sur le blog de Lilou

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique