• L'art et les artistes

    Cette rubrique prendra la suite de mon blog  "Échappées de Lumière"

  •  

     

    La promenade du dimanche de Carl Spitzweg

    La promenade du dimanche - Carl Spitzweg-  Wikipedia

    Huile sur bois Musée Carolino Augusteum, Salzbourg

     

    Lorsque j'ai vu ce tableau, j'ai tout de suite trouvé qu'il illustrait à merveille le thème :

    « Musarder dans la Nature ou Promenades en bord de mer, quête des coquillages, marcher dans le sable... »

    choisi pour les deux premières semaines de septembre, sur une idée de Cendrine, pour poursuivre un peu l'esprit des vacances. 

    Carl Spitzweg (1808-1885) était un peintre et un poète allemand, originaire de Munich, qui représente la période romantique et plus précisément le style Biedermeier, illustration du goût bourgeois de l'époque et qui opposait les conservateurs au mouvements novateurs.  J'aime bien cette famille de bourgeois qui arpente la campagne,  en se protégeant du soleil.  Il y a un peu de la caricature sous le pinceau de l'artiste, qui d'ailleurs devint caricaturiste pour la presse.
    J'aime surtout le monsieur, si content de lui, et l'enfant au filet à papillons,

    La promenade du dimanche de Carl Spitzweg

     

    Ils me font penser aux personnages de Jane Austen, dont la plume n'était pas tendre non plus dans  les portraits qu'elle faisait de la société qu'elle connaissait bien.

    ---------------------------------------------

    La promenade du dimanche de Carl Spitzweg

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

     

    Vos participations sur le blog de Lilou, Lilou Soleil

     

     


    15 commentaires
  •  

    Se promener sur la plage avec  Joaquín Sorolla

    Joaquim Sorolla y Bastida (1863-1923)  Pinterest

    Sorolla, que l'on classe parmi les impressionnistes, bien que sa peinture soit plus moderne, est l'un des peintres qui s'est le plus promené sur les plages. J'ai choisi cette fillette en rouge pour changer de ses femmes en robes blanches vaporeuses,

     

    Se promener sur la plage avec  Joaquín Sorolla

     

     

     

     

     

     

     

    L'Heure du bain, Fillette sur la plage (1904), Flickr

     

    ici, il s'agit d'une fillette et derrière des petits garçons tout nus, je trouve qu'il y a beaucoup de petits garçons nus dans ses tableaux... Je dis ça, je dis rien...

     

     

     

    Je connaissais mal Joaquim Sorolla, je l'ai découvert avec le "Tableau du samedi", et ses femmes en bord de mer,  grâce à mon contact sur Facebook dont j'ai déjà parlé. Il est aussi classé parmi les luministes, et c'est largement mérité, car ce qui frappe surtout dans  son œuvre c'est justement la lumière, sans doute grâce à son Espagne natale. 

    ----------------------------------------

    Le "Tableau du samedi"

    Le tableau du samedi pour ce début du mois d'août

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

    oups ! son blog semble fermé ???

     

     

    Nos participations sont mises en lien par Lilou sur son blog Lilou Soleil

     


    12 commentaires
  • Pour ce samedi, Lilou nous propose comme thématique "Bruegel", un seul artiste, (ou un famille d'artistes) mais une richesse de sujets et de traitement de ces sujets. J'ai choisi l'hiver, car il a été l'un des peintres qui a le plus représenté cette saison et plus particulièrement la campagne qui ploie sous la neige. (*)

     

    Breugel et l'hiver - des tableaux témoignage

    Pierre Bruegel l'Ancien - Le dénombrement de Bethléem - vers 1566 - © Musée Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles

     

    J'ai choisi ce tableau, l'un des plus célèbres, pour deux raisons. La première parce que, comme souvent chez Bruegel , il témoigne ici de son époque et de ses difficultés.

    "Aux alentours de 1565, dans nos régions, le climat subit des changements importants : une légère baisse des températures moyennes, des hivers très longs et très froids, alors que les printemps et les étés sont peu lumineux, frais et humides. On fait face à des tempêtes, des inondations sévères ou à des épisodes de sécheresse."rtbf.be/lapremiere/

    Mais aussi, car l'artiste y témoigne de la vie de son époque, un vrai "reportage" historique par son réalisme.

    Il s'inscrit aussi dans une crise religieuse iconoclaste en choisissant un thème bliblique : "le dénombrement de Bethléem", on peut voir parmi la foule, Marie et Joseph qui viennent, eux aussi, enregistrer leur enfant. Mais, si ce n'était le titre, ce serait difficile de le deviner.

    (*) C'est aussi parce que l'un de ces paysages était reproduit sur l'un de mes puzzles préférés, de l'époque d'avant l'ordinateur où j'avais du temps pour les puzzles. Celui ci n'avait que 500 pièces, mais les découpes étaient irrégulières, on ne pouvait pas savoir d'avance quelle forme aurait la pièce suivante, et la reproduction de belle qualité.

     

    -----------------------

     

    Le tableau du samedi pour ce début du mois d'août

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

     

     

    Vos participations au Tableau du samedi en hommage à Bruegel:

     

    Amande Douce

    Annie du Chemin

    Chimère Écarlate

    Covix

    Lilou

    Ma plume de fee dans Paris

    Mireille 29

    Pulsatilla

    Turtel

    Bruegel nous a vraiment inspiré.es et nous avons évité les doublons... 

    Mais le thème est une proposition, il est possible d'en choisir un autre, d'autant que certain.es n'ont pas pu être informé.es à temps de celui de cette semaine,

    Jazzy nous propose un beau bouquet

    Kimkat une belle rencontre avec un chat

    Monica Breiz nous emmène en Bretagne, et nous la suivons volontiers

     

    Je dois proposer le thème pour les semaines à venir, et je préciserai notre fonctionnement.

    Si je n'ai pas signalé votre publication, merci de me laisser le lien en commentaire...


    14 commentaires
  • Mon premier choix pour la seconde édition pour le tableau du samedi, sur le thème "bouquets champêtres" s'était porté sur ce dessin de Dürer. Je n'ai pas renoncé parce qu'il s'agissait d'une aquarelle, mais plutôt parce que je pense que ce challenge du samedi est l'occasion de mettre en avant des oeuvres moins connues, dans la mesure du possible.

     

     

    Bouquets champêtres, suite, les violettes de Dürer

    Aquarelle sur parchemin - Albertina de Vienne - Wikipedia

    Quoi de plus champêtre que les violettes, ces fleurs discrètes qui se reproduisent en cachette pour fleurir en toute liberté en fin d'hiver.

    Albrecht Dürer est l'un des premiers à se livrer à de vraies études, qu'elles soient anatomiques, géométriques ou comme ici, botaniques. Ce n'était pas encore vraiment à la mode à la fin du XVe, fébut du XVIe. On peut dire qu'il aura été l'un des précurseurs de la Renaissance et qu'il l'a importée dans les pays plus nordiques. 

    "Albrecht Dürer (né le 21 mai 1471 à Nuremberg (Saint-Empire), où il est mort le 6 avril 1528) est un artiste qui a beaucoup voyagé, connu un grand succès et réellement pensé l'art. Héritier d'une tradition nordique, il a pleinement intégré les avancées italiennes de son temps pour devenir un artiste réputé et célébré de son vivant." Wikipedia

    Il est, avec Rembrandt, un artiste majeur, l'un de ceux qui ont ouvert la porte à l'art moderne. C'est l'un de mes artistes préférés. Il y a quelque chose dans son travail qui me touche au plus haut point, sans doute parce que malgré le haut degré de technicité dans son travail, de recherche et d'analyse, il reste toujours une grande fraîcheur et une belle authenticité. S'il reste ancré dans on époque, ses œuvres ont une réelle intemporalité.

     


    10 commentaires
  • Pour cette semaine encore le thème proposé par Lilou est  "bouquets champêtres", j'ai choisi un "bouquet sombre", c'est le titre de ce tableau de Jacqueline Marval

     

    Pour le tableau du samedi, Jacqueline Marval nous propose un bouquet sombre

    Les fleurs - Jacqueline Marval

    des feuillages et des fleurs que l'on a du mal à identifier, et c'est bien ce qui m'a plu. Une ambiance d'abord, la couleur prime sur le réel, comme cette sculpture qui se cache derrière le bouquet.

    "Jacqueline Marval n’est pas une femme peintre. C’est un peintre, voilà tout. Elle n’a jamais compris que l’on catalogue les artistes par leur sexe...

    La science des volumes et des proportions, le sens de la composition, le jeu divin des ombres et des lumières, le velouté d’une joue, la transparence d’un voile, la pensée d’un regard et tout ce qu’il y a de fugitif, d’insaisissable dans le ciel toujours changeant qu’est un visage féminin, voilà ce que son pinceau magique fixe à jamais!" C'est ce qu'écrit Pierre VARENNE en 1931

    Jacqueline Marval, pseudonyme de Marie-Joséphine Vallet ( 1866 - 1932)  s'inscrit elle aussi dans le courant fauviste. Wikipedia

    -----------------------

     

    Le tableau du samedi pour ce début du mois d'août

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

     

     

    Vos participations : 

    Amande Douce

    Annie du Chemin

    Chimère Écarlate

    Covix

    Kimcat

    Lilou

    Ma plume de fée dans Paris

    Monica Breiz

    Pulsatilla

    Turtel

     


    15 commentaires
  •  

    Le bouquet de chardons, Louis Valtat

    Bouquet de chardons dans une cruche - 1934 - deburauxduplessis.fr/ :  il s'agit d'une vente

     

    Pour le thème du tableau du samedi proposé par Lilou, "bouquets champêtres", je m'en suis tenue au thème strict, le bouquet de fleurs, un thème devenu classique en peinture. Mais les "fauves", courant auquel Valtat est rattaché, ont revivifié ce classique en y introduisant mouvement et couleurs fortes. Ici, le mouvement est celui des chardons qui apportent leur bleu intense se détachant sur des rouges et mauves flamboyants.

    Il a fallu du temps pour que Louis Valtat, artiste fécond et éclectique,  soit estimé à sa vraie valeur. Longtemps considéré comme un maître mineur, par un milieu élitiste, il a trouvé aujourd'hui sa légitimité. Lui qui se voulait le peintre du bonheur,  un homme sans histoire, « Les peintres heureux n’ont pas d’histoire » disait-il, a consacré sa vie à sa passion pour la peinture.  Il faudra un glaucome pour le décourager à la toute fin de sa vie.  Il a touché à tous les genres, a peint souvent son entourage, et son jardin l'inspirera beaucoup.

    Pour une fois, je vous en offre un second,

    Le bouquet de chardons, Louis Valtat

    Bouquet de fleurs au pichet vert - Louis Valtat

    Pinterest

     

     

     

     

     

     

     

     " Valtat un peintre sans histoire" blog.arvibel.fr/

     Louis Valtat - Wikipedia

     https://www.valtat.com/fr/

     

     

     

    ---------------------------------------------------------------------

     

    Le tableau du samedi pour ce début du mois d'août

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

     

     

    Vos participations :

    Amande Douce

    Chimère Écarlate

    Kimcat

    Lilou

    Ma plume de fée dans Paris

    Monica Breiz 

    Pulsatilla

    Tortue

     

     


    8 commentaires
  •  

    J'avais choisi un autre artiste pour le tableau du samedi de cette semaine sur le thème :

    Quelques portraits de femmes portant chapeau

    et je suis tombée sur ce portrait d'une jeune fille de Rembrandt, je n'ai pas résisté à le présenter.

     

    Fille au chapeau dans un cadre par Rembrandt

     

    The Girl in a Picture Frame by Rembrandt van Rijn 1641 Royal Castle, Warsaw - Tumblr

     

    Dans ce clair obscur qui lui était cher, la jeune fille se détache, le visage mis en valeur par le fameux "éclairage de Rembrandt".

    Elle semble sereine, peut-être un rien amusée. Le peintre l'a enfermée dans un cadre, en soit c'est déjà une originalité, comme s'il voulait suggérer que la peinture doit s'en échapper, elle a déjà les mains appuyées sur le bas, déjà en dehors. On est frappé par sa beauté, elle est presque envoûtante, dans la simplicité de la mise en scène et l'absence de décor, en dehors du cadre. Comme toujours dans ses portraits, l'intérêt du peintre se focalise sur le sujet, point n'est besoin de subterfuges, ni de fioritures. C'est ce qui fait la grandeur de la peinture de Rembrandt. Il est considéré comme l'un des plus grands peintres de l'histoire de la peinture occidentale.

    Je le considère, moi, comme le plus grand, et le plus grand des graveurs aussi (avec Dürer) . Il a exploré et réinventé la gravure d'eau forte. Il était tellement doué qu'il a même réussi les repentirs en gravure. Il a aussi marqué l'autoportrait avec une centaine réalisés tout au long de  sa vie, sans concessions, en gommant l'effet miroir. On peut dire qu'il a révolutionné tous les genres présents à son époque, jusqu'au tableau de groupe, avec notamment avec "la Ronde de Nuit". Il a réussi, tout en les intégrant à transcender tous les codes de la peinture, très rigides à l'époque, et dans les Pays Bas encore plus. Toute sa  vie, jusque dans la  solitude, il a exploré et tenté de saisir l'essence des êtres.

    Rembrandt Harmenszoon van Rijn sur Wikipedia 

     

    Le "tableau du samedi" :

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots  en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

    Toutes nos participations sur le blog de Lilou, Lilou soleil

     


    19 commentaires
  •  Pour illustrer le thème du "Tableau du samedi",

    Quelques portraits de femmes portant chapeau

    je n'ai pas résisté à l'envie de citer une fois encore mon portraitiste préféré, Henri Fantin-Latour

     

     

    Entre poésie et réalisme, femme au chapeau Fantin Latour

    Portrait de Charlotte Dubourg, 1882, musée d'Orsay, Paris.

     

    "Ignace Henri Jean Théodore Fantin-Latour, connu comme Henri Fantin-Latour, né à Grenoble le 14 janvier 1836 et mort à Buré le 25 août 1904, est un peintre réaliste et intimiste, et lithographe français." Wikipedia

    Initié à l'art par son père, Théodore Fantin-Latour, lui-même peintre, il entre à l'Ecole des Beaux Arts de Paris en 1854, où il aura notamment comme condisciple Edgar Degas. Il fréquentera aussi l'atelier de Gustave Courbet.

    De par sa formation, et son époque, il s'affirme comme un peintre classique, héritier d'une longue tradition de la peinture, et spécialement du portrait. Et en même temps il est pleinement représentatif de cette époque charnière, entre romantisme et impressionnisme. Je pense que ce qui m'attire chez lui c'est son intérêt pour la photographie. Ses portraits sont très "photographiques" et très près de ceux de Nadar, le grand photographe connu lui aussi pour ses portraits. Peinture et photographie sont très liées en cette période où nait et se développe la dernière, et qui s'inspirera des codes de la peinture. Mais l'inverse est vrai, et Fantin Latour, comme d'autres de ses contemporains se serviront de la photographie comme support dans leur travail. 

     

     

    Je l'ai déjà évoqué,  pour son tableau "le cadeau de fiançailles"

     

    Le "tableau du samedi" :

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots  en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

    Toutes nos participations sur le blog de Lilou, Lilou soleil

     


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique