•  

    Bien au chaud chez soi, bis, avec Arthur Hacker

     

    Mon premier choix pour le tableau du samedi s'était porté sur cette oeuvre de Arthur Hacker, peintre anglais, (St Pancras, Middlesex, 25 September 1858 – 12 November 1919 Kensington, London). Sa facture est plutôt classique, mais il a évolué entre plusieurs influences. J'aime bien ces deux personnages, oui oui le chat en est un, hypnotisés par le feu, tout à leurs songeries.

    Je pensais que quelqu'un d'autre du groupe (voir ici sur le blog de Lilou)  aurait fait ce choix, je me suis trompée et j'en suis heureuse car je peux le proposer...

     


    6 commentaires
  •  

    Sur le thème "bien au chaud, dans la maison" proposé cette semaine par Amande Douce, je n'ai pas voulu choisir entre des scènes "chic" et d'autres trop misérabilistes, j'ai donc opté pour un peu d'ironie, avec ce tableau de Jehan Georges Vibert :

     

     

    peintre et dramaturge parisien du XIXe siècle,  ce sont ces scènes dans le genre dixhuitième qui ont fait son succès. Des cardinaux y sont représentés dans leur quotidien, de manière familière. Le thème était alors à la mode.

    Pour le tableau du samedi, sur le blog de Lilou,

    en souvenir de Lady Marianne.

     


    4 commentaires
  • Dans un article de décembre 2017 le magazine "Beaux Arts" posait la question :"Pourquoi les bébés de la Renaissance sont-ils si laids", sous ce titre un peu provocateur, Malika Bauwens analyse la représentation des "Vierges à l'enfant", et notamment celle de l'enfant Jésus qui va évoluer progressivement au cours de la Renaissance.

    Le premier exemple, bien choisi, était "la sainte famille" de Jan Cornelisz Vermeyen,

     

    Huile sur bois • 64,3 x 54,5 cm • Coll. Rijksmuseum, Amsterdam • © Rijksmuseum

    L'enfant est représenté ici tel un adulte en miniature, avec toute sa musculature. Le second exemple est 

    La représentation de l'enfant évolue au cours de la Renaissance

    Fra Filippo Lippi, La Vierge à l’Enfant, vers 1465

    Détrempe sur bois • 76,3 × 54,2 cm • Coll. Alte Pinakothek, Munich • © Artothek / LA COLLECTION

     

    L'enfant est plus "mignon", mais est bien trop potelé.

    Alors, maladresse, volonté ? Manque de modèles ? La Renaissance c'est la période où l'art s'individualise, les artistes s'intéressent à la perspective, à l'anatomie et au réalisme. Tout au long du Moyen-Age, hormis les scènes de Nativité, il n'y a que peu d'occasion de représenter des enfants. L'enfant Jésus y apparait sous les traits d'un adulte, car le Christ est un homme dans un corps d'enfant. D'où ces êtres hybrides, adultes, voire vieillards, en miniature, une manière de représenter "la sagesse" divine.

    Depuis la "Renaissance" du XIIe siècle, on s'intéresse d'avantage à l'enfant, à son éducation. Des traités d'anatomie commencent à circuler et la réflexion sur la représentation de l'enfant va ainsi peu à peu évoluer. C'est aussi depuis la fin du Moyen-Age que l'enfant Jésus est représenté nu ou peu vêtu, pour symboliser le mystère de l'Incarnation. L'article note aussi une différence stylistique entre l'Europe du Nord, où les bébés sont plus austères et l'italie qui représentera des enfants plus grassouillets (voir les exemples ci-dessus).

     

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Le thème pour ce samedi était en "fanfare et en musique", histoire de bien débuter l'année. J'avais choisi plusieurs tableaux, plus ou moins festifs (c'était mon intérêt de départ, le côté festif), pour éviter tout doublon,  la Fanfare de Bois-le-Roi ayant été choisie par Amande Doucej'ai finalement choisi une œuvre colorée,
     

     

    La Fanfare du Cap Ferret

     

    Lionel Sourisseau Fanfare des 44 hectares du Cap Ferret

    Aux antipodes de celle d'Antoine Jean Bail, une œuvre très contemporaine proche de celles des artistes de street art.

    Lionel Sourisseau est né en 1951 à Saumur. 

    Autodidacte, il peint depuis les années 70 et a travaillé au départ d'une manière académique à l'huile. Depuis les années 2000 un décloisonnement c'est produit dans ses travaux tant aux niveaux des techniques, de la matière et de la composition.

    « Le but c'est de peindre comme on jouerait d'un instrument de musique, faire de l'improvisation , jouer avec la matière, laisser venir les choses, détecter les formes à travers les couleurs ».

    « Faire un art spontané , sans artifice , brut. " le-musee-prive.com

     

    Je garde toujours une petite place dans mon cœur pour ce que Jean Dubuffet a appelé "art brut"

     

    Pour le tableau du samedi

    "Le samedi, on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage." En souvenir de Lady Marianne

     

    Vos participations sur le blog de Lilou

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi/


     Et merci à vous d'avoir joué le jeu...


    10 commentaires
  • Pour le tableau du samedi de cette fin d'année 2019, j'ai choisi l'actualité avec cette grande rétrospective, la première consacrée à ce peintre, que le musée Prinsenhof Delft organise jusqu'au 16 février 2020.

     

    Rétrospective "Pieter De Hoock" à Delft

    L'Armoire à linge (1665), Rijksmuseum, Amsterdam Wikipedia

     

    Moins connu chez nous que son compatriote Vermeer, il est pourtant le créateur de ces scènes de genre qui représentent la classe moyenne de Delft au XVIIe siècle. La ville de Delft était alors une ville industrielle prospère (grâce notamment à sa faïence et ce fameux bleu qui fit sa renommée) et un centre artistique dynamique,  avec le peintre Carel Fabritius qui influença tout une génération, dont Vermeer et De Hooch.

    Pieter De Hooch est né à Rotterdam en 1629 et a été l'élève de Nicolas Berchem à Haarlem. Il s'installe à Delft vers 1650, et c'est là où il se détache des sujets chers aux peintres de Haarlem, (corps de garde, scènes de tavernes, paysans...) pour des sujets domestiques et des scènes d'intérieur. Sa palette se fait plus colorée et la recherche de la lumière devient prépondérante, avec la recherche de plusieurs sources : à une lumière latérale, privilégiée, s'ajoute celle venue du fond, grâce à une ouverture vers l'extérieur ou vers une autre pièce. Cette échappée, doorkijkje en néerlandais, construit l'espace en profondeur, une perspective fuyante, par le carrelage par exemple, vient accentuer cet effet.

    Pieter De Hooch a souvent caché des symboles dans ses œuvres, notamment par l'introduction de peintures dans ses intérieurs,  selon" la tradition hollandaise qui veut que la peinture adhère au concept classique de tot leeringh ende vermaeck : apprendre et se divertir." (*)
      

    Parmi les musées qui participent à cette rétrospective, les musées des Pays Bas bien sûr, le Rijksmuseum d’Amsterdam, en premier lieu, qui possède la plus importante collection de Pieter De Hooch ; mais aussi plusieurs musées américains, et européens. Je n'ai pas trouvé si le Louvre a prêté "La Buveuse". (*) Voir la notice sur le site du musée :

    https://www.louvre.fr/oeuvre-notices/la-buveuse

     

    Exposition :

    PIETER DE HOOCH À DELFT DANS LA LUMIÈRE DE VERMEER

    musée Prinsenhof Delft - Du 11 octobre 2019 au 16 février 2020

     

    Pour le tableau du samedi  chez Lilou

    "Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     En souvenir de "Lady Marianne"

     

     


    3 commentaires
  •  L'amitié même virtuelle, peut devenir réelle, sincère, sur le Net. Lady Marianne qui gérait le défi du "Tableau du samedi a su tisser des liens solides. C'est pourquoi le thème de ce samedi est :

    'ENTRE AMIS"

     

    J'ai choisi une toile d'un peintre italien, Baccio Maria Bacci

     

    Le tableau du samedi : "entre amis"

    Après-midi à Fiesole - 1926 - Musée des Offices à Florence - iheartmyart

    Dans une atmosphère douce, le groupe d'amis prolonge le repas autour d'un air de guitare.  L'artiste a choisi un contre jour pour donner cette ambiance d'intimité.

    Baccio Maria Bacci est né à Florence. Il y retourne en 1910 après un séjour à Paris. Il a été influencé par le courant des futuristes. A la fin de sa vie il peindra plutôt des motifs religieux.

     

    Le tableau du samedi : "entre amis"

     

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant

    pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.

    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     

    Vos propositions :

    Amande Douce : http://amandedouce.eklablog.com/le-tableau-du-samedi-entre-amis-a177816548

    Covix : http://www.covix-lyon.net/2019/12/le-tableau-du-samedi-hommage-a-lady.html

    Kimkat : http://kimcat1b58.eklablog.com/tableau-du-samedi-entre-amis-a177775108

    Monica-Breiz : http://monica-breiz.eklablog.fr/le-tableau-du-samedi-a177817670

    Turtel : http://detortuesenaiguilles.eklablog.com/le-tableau-du-samedi-a177814218

     

     Attention  : prochain défi le 21 décembre... 

    ce sera : Noël - la Nativité  - Entre sacré et profane...

    Le tableau du samedi : "entre amis"


    7 commentaires
  •  

    Le Tableau du samedi - animaux de compagnie de Frida Khalo

    Frida Kahlo, Self-Portrait with Thorn Necklace and Hummingbird, 1940. Harry Ransom Center, The University of Texas at Austin. https://www.nyc-arts.org/events/0/frida-kahlo

     

     

    Frida Khalo, artiste mexicaine que l'on en présente plus, aimait à s'entourer d'animaux de compagnie dans ses auto-portraits. Des singes, comme ici, accompagné d'un chat, noir comme il se doit... L'aidaient-ils à supporter sa souffrance, symbolisée ici par ce collier en brindilles brisées, comme elle l'était ? 

     

    Pour le tableau du samedi, toujours en relai de Lady Marianne, en espérant ainsi la faire revenir vite sur la blogosphère,  hélas, j’apprends que ce sera son dernier article, Lydie nous a quittés cette nuit : que cet autoportrait de Frida soit un hommage à son courage. Comme Frida tu t'es battue contre la maladie, enduré la souffrance, mais n'en laissais rien transparaître dans tes publications pleines d'énergie.

    Ce sera peut-être le dernier "Tableau du samedi" en hommage à Lydie, ou il faudra inventer un nouvel hommage , poursuivre ? A vous de le dire. J'ai tenté le relai, mais ce n'est plus la même chose.

    le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble.
    Et voila.
    vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

    Pour ce samedi le thème est "Animaux de compagnie, chien ou chat, ou autre ?"

    Vous avez choisi  :

    Amande Douce http://amandedouce.eklablog.com/samedi-le-tableau-du-samedi-a177652548

    Covix http://www.covix-lyon.net/2019/11/le-tableau-du-samedi.html

    Kimcat http://kimcat1b58.eklablog.com/tableau-du-samedi-invasion-a177640674

    La Chimère Ecarlate : http://chimereecarlate.over-blog.com/2019/11/le-tableau-du-samedi-john-william-godward-the-favorite-1901.html

    Monica-Breiz http://monica-breiz.eklablog.fr/le-tableau-du-samedi-a177621522

    Turtle http://detortuesenaiguilles.eklablog.com/le-tableau-du-samedi-chez-lady-marianne-a177593460

     


    14 commentaires
  • Le thème du samedi 9 novembre :

    "Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches" comme le dirait Verlaine

    Le tableau du samedi : le cadeau de fiançailles de Fantin-Latourle samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble.
    Et voila.
    vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage

     Je prends le relai pour quelques semaines, le temps que Lady Marianne se remette

    ******************************************

    J'ai choisi la Nature Morte  : "Fiançailles" :

    "Henri Fantin-Latour rencontre Victoria Dubourg au musée du Louvre en 1866 alors que tous deux copient "Le Mariage mystique de sainte Catherine de Corrège". Ils se fiancent en mai 1869 et c’est à cette occasion que Fantin offre cette nature morte – dont le titre en conserve le souvenir – à Victoria." Wikipedia

     

     Le tableau du samedi : le cadeau de fiançailles de Fantin-Latour

    Henri Fantin-Latour, Nature morte dite « de fiançailles » (détail), 1869, musée de Grenoble, Légué à la Ville de Grenoble par Victoria Fantin-Latour en 1921. Grand Palais

     Fantin-Latour était un peintre du XIXe siècle, qui resta fidèle à la tradition réaliste et qui fut notamment un très grand portraitiste, un peintre que j'aime beaucoup.

    ***************************************

    Le thème a inspiré :

    Amande Douce : http://amandedouce.eklablog.com/samedi-le-tableau-du-samedi-seraphine-de-senlis-a175545378

    Mamykool : http://mamykool.eklablog.com/un-peintre-un-tableau-a175517040 

    Monica-Breiz http://monica-breiz.eklablog.fr/samedi-c-est-un-tableau-a175542618

    Tortue : http://detortuesenaiguilles.eklablog.com/le-tableau-du-samedi-pour-lady-marianne-a175505186

     maplumefee: http://chimereecarlate.over-blog.com/2019/11/le-tableau-du-samedi-thomas-moran-sous-les-arbres-1865.html

     .................................................................................................

    Vous pouvez laisser un lien vers vos participations ici ou sur l'article

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/tableau-du-samedi-pour-le-9-novembre-2019-a175504866

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique