• La photographie comme mémoire

    La photographie comme mémoire

    Stade intermédiaire d'une peinture en cours de réalisation

    Principe de la peinture à l'huile sur châssis :
    On est avec un modèle, une toile, des pinceaux, des tubes de couleurs et des diluants.
    De tout cela on tente de faire une composition qui ressemble à quelque chose
    On pose un jus - photo du haut -
    On laisse reposer,
    On retravaille - trop - et ça donne la photo du bas :

     

    La photographie comme mémoire

    La photographie est donc un précieux aide-mémoire en conservant la trace des états intermédiaires qui disparaissent sous les couches définitives de peinture. Ce qui fonctionne avec la peinture peut servir aussi dans d'autres disciplines, sculpture, calligraphie aussi, bien que là, en principe on ne superpose pas les couches.

    Je montre cet exemple car il est pour moi le type même d'une peinture trop travaillée qui perd son identité.

     

    « Visage du passé Roses trémières »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 26 Juillet 2014 à 13:05
    ˉ│∩│ˉˉˉˉ

    Oui, on préfèrera sans doute le premier jet !

    2
    Mardi 29 Juillet 2014 à 01:04

    Il manquait juste le cœur de la rose de face pour que le premier jet soit parfait.

    La peinture à l'huile
    c'est plus difficile
    mais c'est bien plus beau
    que la peinture à l'eau yes

    3
    Mardi 29 Juillet 2014 à 08:51

    Comme vous je préfère le premier, et c'était l'idée de l'article, d'après" la peinture à l'hawaile" de Boby Lapointe. J'ai changé d'idée pour venir à la photographie comme support de mémoire. Entre les deux couches tout a changé, surtout les couleurs.

    4
    Lundi 11 Août 2014 à 18:40
    Sabnic

    C'est ce qui m'intrigue toujours , cette superposition de couches ... en tant qu'aquarelliste, je ne suis pas vraiment confrontée à ce problème, encore que, la superposition de lavis peut finir par " tuer" la fraîcheur de l'aquarelle ... cette idée de prendre des photos à des étapes intermédiaires me paraît très judicieuse et doit permettre de corriger ces erreurs) , d'autant plus qu'avec l'aquarelle , une fois que c'est fichu, le repentir n'est guère possible ! merci pour cette jolie idée !

    5
    Mardi 12 Août 2014 à 07:43

    Je pense que c'est l'une des raisons qui m'ont fait choisir l'aquarelle à présent, encore que j'ai pratiqué aussi le "too much" avec l'aquarelle. Est-ce pour cela qu'à présent j'en fait un minimum ? Pour l'aquarelle aussi je fais des photos, mais on voit bien ici que ce ne peut être qu'un aide mémoire, elles sont toutes trop foncées.

    6
    Mercredi 13 Août 2014 à 07:52
    Sabnic

    Pour les photos, cela peut dépendre aussi de la résolution de l'ordinateur. Chez moi, nous avons plusieurs ordi qui ne présentent pas le même rendu des images alors qu'au point de départ ce sont les mêmes. Pour mes aquarelles, c'est d'ailleurs un de mes problèmes. Je mets souvent les gens en garde :la photo, aussi bonne soit-elle, ne peut jamais complètement être l'égale de l'original, c'est pourquoi il est toujours préférable de se faire une véritable idée à partir de l'original( d'où l'utilité de faire des expos) , d'autant plus qu'on est parfois surpris avec les dimensions réelles de l'oeuvre. Dans le cas de vos photos, je les trouve suffisamment suggestives pour avoir une idée intéressante de ce qu'elles veulent transmettre !

    7
    Mercredi 13 Août 2014 à 09:18

    Tout à fait, j'ai eu des grosses surprises lorsqu'ai regardé mes photos sur d'autres écrans. Rien ne vaut que de voir les œuvres en "vrai".

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :