• Peinture et photographie

    Peinture et photographie

  •  

     

    Le tableau du samedi voit la vie en rose avec le peintre de Caillebotte

     

    Gustave Caillebotte (1848-1894) - Le peintre sous son parasol - Collection particulière menportraits.blogspot.com

     

    Un peintre que je n'ai pas encore sollicité dans ce challenge du samedi. Je l'ai vraiment découvert lors de mes recherches sur les liens entre peinture et photographie. Il a été l'un des premiers à s'être inspiré de la photographie, en particulier pour ses cadrages, et il a ainsi insufflé un vent nouveau avec des plans serrés, comme ici, et un jeu avec la perspective tronquée, des vues en plongée. Il est représentatif du premier impressionnisme et ici l'ambiance rose du parasol, donne du peintre une image douce. Le peintre, dans ce cadre serein peint avec concentration un paysage, ou un coin de jardin, on ne sait pas vraiment. Le chien derrière dort tranquille. Une belle atmosphère d'été !

    -----------------------------------------

    Le tableau du samedi pour ce début du mois d'août

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

     

     

     Vos participations sur le thème de "La vie en rose" suggéré par Lilou

    Amande Douce

    Annie du Chemin

    Chimère Écarlate

    Gisèle Fayet

    Kimcat

    Lilou

    Ma Plume de Fée

    Turtle

     

    Monica Breiz nous emmène au bord de la mer

     

     


    14 commentaires
  • Suite de l'étude des rapports souvent proches, quelquefois hostiles, mais bien plus fascinés l'une de l'autre, entre la peinture et la photographie. Lors de ma recherche de portraits de femmes avec chapeau pour le "tableau du samedi", j'avais choisi cette dame peinte au XVe siècle par Roger van der Weyden :

     

    Quand la photographie est fascinée par la peinture - suite

    Portrait d'une dame (vers 1460), Washington, National Gallery of Art  - Wikipedia

    Porte-t-elle vraiment un chapeau ? Non plutôt l'une des ces coiffes extraordinaires qui se sont développé tout au long du Moyen-Age.

    Et je suis tombée sur cette photographie :

     

    Quand la photographie est fascinée par la peinture - suite

    Suzanne Jongmans série "Mind over matter"

    Cette artiste, protéiforme, pour employer un terme à la mode, revisite les maîtres anciens dans ses portraits photographiques, en habillant ses modèles de matériaux de récupération, et notamment du plastique.  Et ici, la ressemblance n'est bien sûr pas un hasard.

     

    Lire la suite...


    10 commentaires
  •  

    A la suite des articles déjà écrits sur la question des rapports entre peinture et photographie, pour moi ils sont très serrés, je peins d'après des photographies que je prends. Il y a bien longtemps que j'ai renoncé à peindre en extérieur et mes derniers essais m'ont confortée dans ce choix.

    Là il s'agit de ce que j'appelle un "avant-après". La photographie me sert de mémoire pour conserver celle de lieux qui ont beaucoup changé. Comme la promenade au bord du Rhône entre Guilherand et Soyons. Avant elle ressemblait à ça,

     

    De la photographie à la peinture et de la peinture à la photographie

     

    J'ai perdu la photographie qui avait inspiré cette petite huile, heureusement que je m'en étais inspirée...

    Je suis retournée sur les lieux pour une nouvelle photographie, et cela donne ça :

     

    De la photographie à la peinture et de la peinture à la photographie

     

    la route a remplacé le chemin, et le stade, avec ses constructions, a remplacé les champs.

    Je fais donc ici un parallèle à l'envers.

    Pour expliquer mon choix, je suis très mauvaise en mise en place et la photographie, non seulement me permet de travailler tranquillement à l'intérieur, mais aussi me fournit un cadrage que je sais plus facilement trouver avec elle.


    8 commentaires
  •  

    Depuis son origine, la photographie entretient des liens étroits avec la peinture, et dans mes recherches pour illustrer le thème de cette semaine, "nos loisirs préférés", je suis tombée sur un article qui met en parallèle le daguerréotype et les portraits en peinture de la même époque, le rapprochement est plus que troublant, les premières photographies reprennent les codes de la peinture.

    La peinture et la photographie - suite pour le tableau du samedi

     

    à gauche, Daguerréotype retouché au pinceau Kate McDougall 1848 Ottawa Bibliothèque et Archives Canada et à droite : Jean-Auguste-Dominique Ingres – Portrait de madame de Senonnes 1814 Huile sur toile

     

    Peinture-Photographie : perspectives historiques d’une relation ambiguë
    1 – Le daguerréotype : objet photographique, image relique. 9lives-magazine.com/

     

    Je ne pouvais pas éviter de mettre en parallèle mes deux loisirs préférés, la photo et la peinture, si complémentaires dans mon travail. La photo m'a suivie pendant le confinement, j'ai  pu en prendre un peu, mais surtout j'ai eu le temps de faire des recherches dans mes nombreux fichiers.

    La peinture, même si elle me tient à cœur, m'est moins indispensable et je l'ai abandonnée avec la fermeture de l'atelier. Il faut dire que je ne suis pas installée pour ça.

     

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions, deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

     

    Toutes nos participations sur le blog de Lilou, Lilou Soleil

     

     

     

     


    13 commentaires
  •  

    Les photographes se sont inspirés des portraits, notamment des autoportraits de Rembrandt pour améliorer le portrait photo : une moitié du visage est éclairé et seul un triangle de lumière anime la partie sombre :

    Le portrait en photo : l'éclairage de Rembrandt

    "Ce triangle de lumière sous l’œil ne devrait pas être plus long que le nez ni plus large que l'œil. Cette technique peut donner un effet subtil ou très dramatique en jouant sur la distance entre le sujet et les sources de lumière." Wikipedia

    Cet éclairage peut être produit avec n'importe qu'elle source de lumière et a l'avantage d'amincir et d'adoucir le visage. Toute la différence avec un clair-obscur classique est ce petit triangle de lumière.

    Comment réaliser un éclairage façon Rembrandt ? :

    http://vivre-de-la-photo.fr/leclairage-rembrandt-de-superbes-portraits/

    L'illustration est tirée de ce site. 

     


    3 commentaires
  •  

     

    Autoportrait à la manière de ceux du Fayoum

    collection Salt Louvre

    Lorsque j'ai pris cet autoportrait je ne me suis inspirée d'aucun portrait en particulier. Je mets celui-ci, que l'on peut admirer au Louvre, pour montrer ce que je cherchais. J'avais justement pu voir une exposition consacrée aux portraits de ces anciens Égyptiens, que l'on désigne du nom d'une oasis, le Fayoum, mais que l'on a retrouvés un peu partout dans le pays. J'ai donc choisi de me maquiller en conséquence, porté un collier et des boucles d'oreille et j'ai pris plusieurs autoportraits dans le miroir. 

    Après la conquête du pays par les armées romaines, les Égyptiens ont continué à se faire momifier tout en adoptant le portrait, qui permettait de continuer le culte des ancêtres, selon la mode romaine.  Ils se faisaient peindre de leur vivant, alors qu'ils étaient dans la force de l'âge. Ils partaient donc dans le grand voyage vers l'éternité avec leur identité.

    J'avais l'intention de peindre un autoportrait en tendant de reprendre la technique de la peinture à la cire, héritage grec, j'ai acheté un bloc de cire d'abeille, préparé un panneau de bois, pris les photos pour modèle... et cela s'est arrêté là. Faute surtout de maîtriser la technique de la peinture à l'encaustique et à la tempera. J'ai donc retravaillé le portrait photo pour me rapprocher de ces émouvants portraits du Fayoum.

     

    Les portraits du Fayoum sur Wikipedia

     

    7 commentaires
  •  

    Dans le cadre des Rencontres de la photo de Chabeuil 2019, un photographe a tenté et réussi, haut la main, ce pari de restituer l'ambiance des tableaux de maîtres du XVIe au XIXe siècle (avec Cézanne notamment). Il s'agit de Jaime Muñoz qui expose au Centre Culturel. Il a réussi le pari notamment de restituer   "le dessert de gaufrettes" de Baugin, pari auquel j'avais renoncé faute d'avoir la bouteille. Il faut reconnaître que Jaime Muñoz a parfaitement réussi :

     

    Quand la photographie tente de retrouver l'esprit des grands maîtres de la Nature Morte

    la photographie de Jaime Muñoz - photographiée par mes soins, un peu trop rapidement

     

    Quand la photographie tente de retrouver l'esprit des grands maîtres de la Nature Morte

     l'original de Lubin Baugin

    Bien sûr la photographie n'aura jamais la douceur des peintures à l'huile, mais l'esprit est bien là.

    J'avais essayé ces "à la manière de" et je m'étais vite confrontée à cette dureté de la photographie et je n'ai pas poursuivi l'expérience. Voir les asperges à la manière de Monet ICI , et les pommes à la manière de Cézanne ICI, les vases à la manière de G.Morandi ICI

     


    5 commentaires
  • Dernier essai de nature morte, à la manière des compositions de Cézanne,

     

    "A la manière de" une suite à l'expo : la Nature Morte - A la manière de Cezanne

    C'est là que je me suis arrêtée dans la série car je n'ai réussi à capter ni l'esprit, ni la lettre.

     

    Je n'ai pas cherché à reprendre une composition plus qu'une autre, pour mémoire, l'une de ces compositions, juste pour montrer qu'il n'est pas facile de reproduire l'atmosphère de Cézanne,

    "A la manière de" une suite à l'expo : la Nature Morte - A la manière de Cezanne

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les deux autres natures mortes que j'ai essayé de reproduire dans l'esprit de l'artiste,

    1) les asperges de Manet

    2) les objets de Morandi

     

    J'aurais voulu reprendre "le dessert de gaufrettes" de Baugin

    "A la manière de" une suite à l'expo : la Nature Morte - A la manière de Cezanne

    Alain Corneau en avait déjà très bien restitué l'esprit dans "Tous les Matins du Monde"

    "A la manière de" une suite à l'expo : la Nature Morte - A la manière de Cezanne

    Mais ce n'est pas ce qui m'a dissuadée, c'est le fait que je n'ai pas les éléments pour reconstituer cette nature morte, et surtout la bouteille paillée.

    A travers les exemples que j'avais choisis, il s'agissait de retracer une partie de l'histoire de la Nature Morte, héritée des "Vanités", avec des artistes qui l'ont tout particulièrement illustrée et l'ont fait même bouger.

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique