• Un peu de thé ?

     

    De l'époque où je peignais encore à l'huile.


    votre commentaire
  • Exposition avec l'association de Valence, Faventines, la semaine dernière, dans la très belle salle de la Tourette :

     

    A Tournon salle de la Tourette

    L'hôtel de la Tourette, XVIIIe,

     

    mes peintures,

     

     

    A Tournon salle de la Tourette

     

    A Tournon salle de la Tourette

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Soucis et jonquilles

    Nature morte aux fleurs et aux fruits


    4 commentaires
  • Une de mes fleurs préférées, et l'une de celles que j'ai le plus souvent peint... Et il faut savoir se dépêcher car le lilas se fane vite...

    Lilas

    Le tout premier, alors que je débutais dans la technique de l'huile... il y a bien longtemps...

    Lilas

    le second, peu de temps après et toujours dans la même gamme de couleurs

    Lilas

    toujours à l'huile, mais plus tard, les couleurs ont varié

    Lilas

    le dernier en date, ou presque (*), à l'acrylique, là c'est le jeu de l'ombre et de la lumière qui m'intéressait.

    (*) il y a bien eu des tentatives à l'aquarelle mais non immortalisées par la photographie...

    A noter enfin, que pour le premier je n'avais pas encore acquis le vase, vase qui est un souvenir de Cluny, et que j'ai toujours, un exploit pour moi qui les casse tous...

     


    votre commentaire
  • La photographie comme mémoire

    Stade intermédiaire d'une peinture en cours de réalisation

    Principe de la peinture à l'huile sur châssis :
    On est avec un modèle, une toile, des pinceaux, des tubes de couleurs et des diluants.
    De tout cela on tente de faire une composition qui ressemble à quelque chose
    On pose un jus - photo du haut -
    On laisse reposer,
    On retravaille - trop - et ça donne la photo du bas :

     

    La photographie comme mémoire

    La photographie est donc un précieux aide-mémoire en conservant la trace des états intermédiaires qui disparaissent sous les couches définitives de peinture. Ce qui fonctionne avec la peinture peut servir aussi dans d'autres disciplines, sculpture, calligraphie aussi, bien que là, en principe on ne superpose pas les couches.

    Je montre cet exemple car il est pour moi le type même d'une peinture trop travaillée qui perd son identité.

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique