• "Le chat" Guillaume Appolinaire

    Le Chat

    Je souhaite dans ma maison :
    Une femme ayant sa raison,
    Un chat passant parmi les livres,
    Des amis en toute saison
    Sans lesquels je ne peux pas vivre.

     

    Le Chat - Guillaume Apollinaire
    Le Bestiaire ou Cortège d'Orphée
    Bois gravé de Raoul Dufy
    Paris Deplanche 1911
    Reliure de Pierre Legrain
    Un ouvrage présenté dans l'exposition
    "Trésors d'un collectionneur"
    La bibliothèque littéraire de Jacques Doucet
    De Baudelaire aux Surréalistes
    Musée Angladon - Avignon - 2011

    4 commentaires
  • L'un des "Contes fantastiques" a pour titre "sur les chats".  Maupassant dit des chats qu'il les aime et qu'il les déteste, qu'ils les aime "avec des brusques désirs de les étrangler"... et de raconter comment enfant, il a regardé mourir un chat pris dans un collet.
    Mais il ajoute, et je ne suis pas certaine que cela fera oublier le début :  "Ils sont délicieux pourtant, délicieux surtout, parce qu'en les caressant, alors qu'ils se frottent à notre chair, ronronnent et se roulent sur nous en nous regardant de leurs yeux jaunes qui ne semblent jamais nous voir, on sent bien l'insécurité de leur tendresse, l'égoïsme perfide de leur plaisir. Des femmes aussi nous donnent cette sensation..."

    Maupassant et les chats

    L'histoire est située dans un lieu où il a séjourné, non loin d'une ancienne commanderie des Templiers dans la vallée du Thorenc, au dessus de  Nice. Il avait été hébergé dans le château des Quatre-Tours et plusieurs nuits durant il eut la visite de" deux yeux de feu" en pensant les avoir vu en rêve.... jusqu'au matin où il trouve à ses côtés un gros chat roulé contre sa joue, alors qu'il venait de rêver d'une belle orientale.
    Il a appris ainsi que "toutes les vieilles demeures de ce pays ont ainsi de longs couloirs étroits à travers les murs, qui vont de la cave au grenier, de la chambre le la servante à la chambre du seigneur, et qui font du chat le roi et le maître de céans.
    Il circule comme il lui plait, visite son domaine à son gré, peut se coucher dans tous les lits, tout voir et tout entendre, connaître tous les secrets, toutes les habitudes ou toutes les hontes de la maison. Il est chez lui partout, pouvant entrer partout, l'animal qui passe la nuit sans bruit, le silencieux rôdeur, le promeneur nocturne des murs creux.
    Et je pensais à ces autres vers de
     Baudelaire (*):

       C'est l'esprit familier du lieu,
    Il juge, il préside, il inspire

            
    Toutes choses dans son empire ;
                 
    Peut-être est-il fée, - est-il Dieu ?"


     
    (*)  Maupassant avait cité plus haut le poème " les amoureux fervents et les savants austères..."


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique