• Jacques Carelman nous a quittés il y a deux ans, mais il nous laisse ses catalogues improbables d'objets introuvables :

     

    Les objets introuvables de Jacques Carelman 

    Inspirés du regretté catalogue de Manufrance, ses objets introuvables ont tout d'abord été présentés dans un graphisme proche de son modèle. Puis, il a lui même réalisé plusieurs de ces objets comme la cafetière pour masochiste à droite, ou ce verre pour chiens...

     

    Les objets introuvables de Jacques Carelman

    sur : http://design-produit.net/portfolio/objets-introuvables-carelman/

     

    Alors si la plupart de ces objets restent du domaine du rêve pataphysicien, certains, ont depuis, trouvé une place dans la vraie vie :

    Les objets introuvables de Jacques Carelmancomme cette baignoire à porte...

    Je montre ce sac à chats, car vu le mal que j'ai eu à faire entrer le mien dans celui-ci,

    Les objets introuvables de Jacques Carelman

    j'imagine mal comment la faire entrer dans celui de Carelman :-)


    2 commentaires
  • De plus en plus d'ouvrages explorent la richesse des manuscrits médiévaux sur des thèmes précis. Ce petit livre fait la part belle aux chats, avec le mérite de montrer qu'ils sont loin d'être des oubliés. Cet animal de compagnie est  bel et bien là, dans les marges le plus souvent, mais quelquefois aussi dans l'enluminure elle-même. Bien sûr c'est le chasseur de souris qui est le plus représenté, mais aussi l'animal joueur, le chat à sa toilette... Et quelquefois, peu souvent semble-t-il, les représentations sont plus symboliques et le chat devenir un animal  "diabolique" 

    J'ai choisi ces deux chats en ombres chinoises pour illustrer le bas d'une carte:

    "Chats du Moyen-Age" - Kathleen Walker-Meikle - Bristish Library 2011 - Traduit par Laurent Bury - Société d'édition Les Belles Lettres 2013.


    2 commentaires
  • Notre langue est qualifiée de bicamérale, c'est à dire qu'elle distingue les minuscules des majuscules. Je parle bien ici de "lettres" signe graphique de base qui sert à composer les mots.

    Nous écrivons en minuscules, lettres de petite taille. Pour débuter un paragraphe, une phrase, un vers... il faut une majuscule. Non seulement elle est plus grande, mais en plus, dans la majorité des cas, elle est de forme différente. J'ai choisi comme lettre pour illustrer cet article, le M :

    en minuscule il s'écrit : m

    en majuscule : M

    La majuscule se met aussi au début d'un nom propre. L'emploi des majuscules suit des règles d'orthographe.

    La lettre "capitale" ne se distingue pas de la majuscule, elle s'utilise pour des raisons de présentation, notamment en typographie.  Dans une phrase entièrement écrite en majuscule, on parle de capitales, comme par exemple celle donnée dans l'article de Wikipedia :

    « LONGTEMPS MARCEL S’EST COUCHÉ DE BONNE HEURE »

    il y a deux majuscules dans la phrase, la première lettre et le M de Marcel. Pour les distinguer il faut utiliser des grandes et des petites capitales :

     "LONGTEMPS MARCEL S'EST COUCHE DE BONNE HEURE"

    La lettrine est soit :

    • une petite lettre placée entre parenthèse à côté d'un mot,
    • une groupe de lettres majuscules placé en haut d'une colonne ou d'une page d'un dictionnaire;
    • une grande lettre ornée ou non placée en tête de page ou de chapitre et plus grosse que le reste du texte.

    Une écriture distingue les trois : l'écriture insulaire (Irlande début du Moyen-Age)

    Minuscules, majuscules, capitales et lettrines

    Ici nous avons en 1 la minuscule insulaire et la semi-onciale, en 2 la capitale et en 3 une majuscule en lettrine.

    En typographie on parle de caractères, de casse. Tout se complique lorsqu'on arrive sur le Net, on peut tricher en variant la taille des majuscules - ce que j'ai fait dans la phrase en exemple - car peu de polices connaissent les grandes et les petites capitales, small-caps en norme CCS, font-variant.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique