•  

    La ville d'Arezzo et ses monuments par Giotto

    Wikipedia

    Épisode de la vie de Saint François :  l'exorcisme de la ville d'Arezzo.

    A la fin du XIIIe siècle, Giotto, peintre et architecte, réintroduit l'architecture, les villes et les paysages dans ses peintures. C'est LE précurseur. On note déjà une volonté de retranscrire la perspective et la réalité de la ville.  

    "À l’image codifiée d’un monde dématérialisé succède la représentation vraisemblable d’un monde soumis aux contingences terrestres."

    "La ville est ceinte de murs surmontés de tours qui protègent l’homme médiéval de ses innombrables peurs. L’espace extérieur à la ville est un espace dangereux, habité par les démons et les forces du mal. Ici, Giotto représente seulement les édifices civils de la ville, avec en face, une église aux dimensions gigantesques qui témoigne de la sainteté des deux personnages. La porte délimite le passage de la ville à la campagne. Son aspect a une grande importance et des sculpteurs, des peintres, des maîtres verriers participent à sa construction. Elle est souvent décorée d’images augurales et commémoratives. Les remparts, reconstruits surtout au XIIIe siècle, deviennent le symbole de la puissance de la cité."

    wwww.aparences.net

    J'ai choisi cette fresque de Giotto, même si ce n'est pas ma préférée, en rapport avec le thème de cette semaine ,du "tableau du samedi", aujourd'hui les monuments  d'après une idée de Monica breiz sur le blog de Lady Marianne

    "vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus
    on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage"

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Quand la nature reprend ses droits

     

    Hier, en Ardèche, une maison qui semble à l'abandon, en fait pas tout à fait, une partie de la maison seulement. L'arbre a trouvé sa place et sa voie, il sort tranquillement par la fenêtre.

    Sur un mur d'angle, ce sont des fleurs de la passion qui ont poussé,

    Quand la nature reprend ses droits - un arbre dans la maison

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Clin d’œil au "clic clac du vendredi", avec Tortue sur son blog

    Le Clic Clac , c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine...

     

     


    5 commentaires
  •  

    Dans le cadre des Rencontres de la photo de Chabeuil 2019, un photographe a tenté et réussi, haut la main, ce pari de restituer l'ambiance des tableaux de maîtres du XVIe au XIXe siècle (avec Cézanne notamment). Il s'agit de Jaime Muñoz qui expose au Centre Culturel. Il a réussi le pari notamment de restituer   "le dessert de gaufrettes" de Baugin, pari auquel j'avais renoncé faute d'avoir la bouteille. Il faut reconnaître que Jaime Muñoz a parfaitement réussi :

     

    Quand la photographie tente de retrouver l'esprit des grands maîtres de la Nature Morte

    la photographie de Jaime Muñoz - photographiée par mes soins, un peu trop rapidement

     

    Quand la photographie tente de retrouver l'esprit des grands maîtres de la Nature Morte

     l'original de Lubin Baugin

    Bien sûr la photographie n'aura jamais la douceur des peintures à l'huile, mais l'esprit est bien là.

    J'avais essayé ces "à la manière de" et je m'étais vite confrontée à cette dureté de la photographie et je n'ai pas poursuivi l'expérience. Voir les asperges à la manière de Monet ICI , et les pommes à la manière de Cézanne ICI, les vases à la manière de G.Morandi ICI

     


    5 commentaires
  •  

    Le collectif 726 expose dans le cadre des Rencontres Photo de Chabeuil

     

    Dans le "OFF" des rencontres photo, le collectif PHOT0726 expose à "Court Circuit" (*)

    Le collectif 726 expose dans le cadre des Rencontres Photo de Chabeuil

     

    Le collectif 726 expose dans le cadre des Rencontres Photo de Chabeuil

     

     

    Le collectif 726 expose dans le cadre des Rencontres Photo de Chabeuil

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    (*) Extrait du catalogue de l’évènement.

    Court Circuit est situé à l'entrée de la ville lorsqu'on arrive de Valence, au niveau du rond point où se trouve la fusée de Tintin...


    votre commentaire
  •  

    Pour le thème des vendanges proposé cette semaine par Lady Marianne pour le "Tableau du Samedi", je choisis de participer avec une représentation du "Dieu" de la Vigne, du Vin et de tout ce qui s'y rapporte , Bacchus, 

     

    Le Jeune Bacchus malade - Le Caravage

     

    Le Jeune Bacchus malade (Bacchino malato en italien) est un tableau exécuté par Caravage, daté entre 15931 et 15942, conservé à Rome dans la galerie Borghèse. Il s'agit d'une des toutes premières œuvres répertoriées du peintre lombard. Wikipedia

    N'ayant pu participer dans les temps, comme la semaine dernière, j'ai choisi la facilité plutôt que l'originalité, mais je n'ai pas opté pour la représentation la plus connue de Bacchus par Le Caravage.

    Outre le goût pour les jeunes garçons qu'il affiche dans son œuvre, on retrouve ici ce qui caractérise sa "patte" : le choix du clair obscur, les éléments pris à la Nature... Il s'agit d'un autoportrait en fait, et la couleur cireuse du portrait pourrait être due à une restauration malencontreuse, mais tout de même, on sait qu'à l'époque l'artiste était malade et sortait d'un séjour à l'hôpital - dixit Wikipedia.

    Le challenge du "Tableau du samedi" cette semaine :

    Choix de Zaza Rambette : vigne-vendanges - sur le blog de Lady Marianne

     

     

     

     

     


    5 commentaires
  • Le Centre de Patrimoine Arménien de Valence propose une exposition consacrée à Sebastião Salgado, le grand photographe franco-brésilien, et plus particulièrement à son travail sur l'Amérique Latine. J'aime beaucoup son regard, souvent décalé, qui nous mène vers ce que nous ne voyons pas forcément, comme ici, l'enfant 

     

    Le regard de Sebastião Salgado

    Ici ce n'est qu'une partie de la photographie de  S.Salgado, il n'était pas question de reproduire une photographie en entier

     on ne voit que ses mains et ses pieds nus, mais il est bien là, ou plutôt "elle" est bien là. Le monde paysan et les indiens trouvent avec lui un porte parole à travers ses clichés, tous en noir et blanc, empreints de gravité, car il nous montre un univers dur. Les gens sont pauvres mais le regard n'est pas misérabiliste,  ils se battent pour conquérir une nature souvent hostile, et maintenir leur identité.

    A voir jusqu'au 15 septembre au CPA - Square Aznavour/rue Louis Gallet - Valence

    Le regard de Sebastião Salgado

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le "Clic Clac" du vendredi, mon regard sur le regard de S.Salgado... oui j'ose...

    Le Clic Clac , c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine... Chez Tortue

     


    4 commentaires
  •  

    .Lilas - dessin par ordinateur

     

    Je me suis essayée, il y a quelques années, au dessin dans l'application "PAINT".

    C'est l'un des dessins que j'ai le mieux réussi.

    J'ai beaucoup peint de lilas, cela m'a sans doute aidée.

     


    4 commentaires
  •  

     

    Sur le thème "jeux d'enfant"

    TOM SIERAK  http://www.tomsierak.com/

    "Partners In Crime"

     

     

    On pourrait aussi appeler ce tableau "pris la main dans le sac", ou plutôt sur le pot à biscuits. D'un artiste contemporain américain dans le style hyperréaliste.

    Ma participation au "tableau du samedi"... même si je poste cet article... dimanche

    chez Lady Marianne sur son blog, un thème que j'avais proposé, c'est pourquoi je tenais à participer tout de même.

     


    8 commentaires