•  

     

    Autoportrait à la manière de ceux du Fayoum

    collection Salt Louvre

    Lorsque j'ai pris cet autoportrait je ne me suis inspirée d'aucun portrait en particulier. Je mets celui-ci, que l'on peut admirer au Louvre, pour montrer ce que je cherchais. J'avais justement pu voir une exposition consacrée aux portraits de ces anciens Égyptiens, que l'on désigne du nom d'une oasis, le Fayoum, mais que l'on a retrouvés un peu partout dans le pays. J'ai donc choisi de me maquiller en conséquence, porté un collier et des boucles d'oreille et j'ai pris plusieurs autoportraits dans le miroir. 

    Après la conquête du pays par les armées romaines, les Égyptiens ont continué à se faire momifier tout en adoptant le portrait, qui permettait de continuer le culte des ancêtres, selon la mode romaine.  Ils se faisaient peindre de leur vivant, alors qu'ils étaient dans la force de l'âge. Ils partaient donc dans le grand voyage vers l'éternité avec leur identité.

    J'avais l'intention de peindre un autoportrait en tendant de reprendre la technique de la peinture à la cire, héritage grec, j'ai acheté un bloc de cire d'abeille, préparé un panneau de bois, pris les photos pour modèle... et cela s'est arrêté là. Faute surtout de maîtriser la technique de la peinture à l'encaustique et à la tempera. J'ai donc retravaillé le portrait photo pour me rapprocher de ces émouvants portraits du Fayoum.

     

    Les portraits du Fayoum sur Wikipedia

     

    7 commentaires
  •  

    Le thème du tableau de ce samedi est, confinement oblige,

    Par la fenêtre ouverte

     

    Qui, mieux qu'Edward Hopper nous parle du confinement ? Les fenêtres peuvent être ouvertes, elles n'offrent pas vraiment une ouverture vers l'extérieur. La solitude et l'isolement des personnages reste étouffante.

     

     

    Les fenêtres d'Edward Hopper

    Hotel by a railroad, 1952 Pinterest

     

     

    "Peintre de la mélancolie, Edward Hopper habite le silence et la solitude comme personne."

    Edward Hopper, peintre de la solitude une vidéo sur Facebook

     

    Les fenêtres d'Edward Hopper

    Morning Sun, 1952, © Columbus Museum of Art, Columbus, OH, US - https://www.barnebys.fr/blog/

     

    Ce n'était pas mon premier choix, je voulais opter pour un tableau de la période du fauvisme avec des couleurs vives et un beau paysage, si possible maritime... Et puis, je suis tombée sur des œuvres d'Edward Hopper que je n'ai pas encore pu évoquer dans cette rubrique du "tableau du samedi". Un peintre majeur de notre époque et ses toiles trouvent un écho tout particulier à notre isolement actuel, comme un signe prémonitoire.

     

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions, deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

     Toutes nos participations sur le blog de Lilou : Lilou Soleil

     

     PS, j'ai modifié ma publication, car j'ai eu des doutes à propos du tableau que j'avais publié, intitulé Edward et Jo Hopper, je ne le retrouve pas dans les listes attribuées à l'artiste, le blog qui le publie ne cite pas ses sources. Heureusement un contact Facebook m'a soufflé la solution :

    https://www.georgedeem.org/search/view/Edward-and-Jo-HopperExcursion-into-Philosophy-1995-01-01


    11 commentaires
  •  

    En 2010, Avignon consacrait une grande exposition à Miquel Barceló et pour l'occasion sa spectaculaire sculpture "Elefant dret", éléphant droit, a été installée pour une année sur la place du Palais des Papes. L'un des plus grand jeu des touristes cette année là était de se faire prendre en photo avec lui, et c'est ce couple que j'ai choisi, pour son originalité,

     

     

    En photo avec Elefandret de Barceló

     

    J'ai fait beaucoup de photos de cette statue que j'ai adorée, mais que beaucoup ont décrié, car cela "jurait" avec le Palais des Papes... Chacun ses goûts. Mais ils ont été satisfaits car l'éléphant est parti ailleurs en 2011.

    Pour le clic clac du vendredi, avec Tortue sur son blog

    Le Clic Clac , c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine...

     

     


    11 commentaires
  •  

    Compte tenu de notre actualité qui ne varie guère, et par espoir pour tenter de sortir de nos intérieurs, je propose comme thème :

    Par la fenêtre ouverte

     

    Le tableau du samedi pour le 18 avril 2020

    Beaucoup de peintres ont pris comme sujet le paysage qu'ils voyaient depuis chez eux, ou leur intérieur avec une fenêtre ouverte... ouverte ou non, si cela s'avère compliqué.

    Ce thème étant plus limité que les précédents, je ne le propose que pour une semaine. Si vous avez des idées pour les semaines à venir, ne vous gênez pas ...

     

    Le tableau du samedi pour le 18 avril 2020

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

     

     

     

    Retrouvez toutes les participations sur le blog de Lilou - Lilou Soleil 

     


    12 commentaires
  •  

    Fêter le printemps, suite, "les Pivoines" Carlo Perugini

    Peonies 1887 Oil on canvas 77,4 x 59 cms | 30 1/4 x 23 ins Walker Art Gallery | Liverpool | United Kingdom

    https://www.artrenewal.org/artists/charles-edward-perugini/347

     

    "Carlo Perugini est né à Naples, mais il vivait avec sa famille en Angleterre de l'âge de six à dix sept ans. Il a été formé en Italie sous Giuseppe Bonolis et Giuseppe Mancinelli, et à Paris sous Ary Scheffer. Il est devenu un protégé de Lord Leighton, qui l'a ramené en Angleterre en 1863." Wikipedia

    Il a acquis la notoriété de son vivant sous le nom de Charles Edward Perugini. Très prolixe il a peint un grand nombre de tableaux, représentant surtout des femmes, souvent sévères ou songeuses, que ce soient des portraits, des allégories, des scènes pseudo-historiques.  J'ai découvert ce tableau là grâce à un contact sur Facebook(*).  J'en avais choisi un autre, contemporain, mais j'aime trop ce portrait... et les pivoines, l'une des mes fleurs de printemps préférées, avec le lilas.

    Je reste fidèle aux peintres britanniques, même si ici, il l'est d'adoption, son style est très représentatif de la période victorienne.

     

    Pour le tableau du samedi, en souvenir de Lady Marianne,

    retrouvez les autres participations sur le blog de Lilou : Lilou soleil

     

    (*) Bernadette Lambotte : https://www.facebook.com/profile.php?id=1000136447680


     

     

     

     


    14 commentaires
  •  

    Un champignon dans la calade

     

    En plein centre ville d'Avignon, il existe encore des "calades", des places et des rues faites de galets du Rhône reliés par un ciment. Il y pousse parfois des fleurs, de l'herbe, mais une fois j'ai pu y voir des champignons.

    Parmi mes souvenirs d'Avignon, heureusement que j'ai un grand  stock de photos...

     

    Pour le clic clac du vendredi sur le blog de Tortue,

    Le Clic Clac , c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine...

     


    8 commentaires
  • En ces temps de confinement j'ai eu envie de fêter le printemps, l'ode à la vie, en citant « Le Printemps »  de Michel Fugain :

    "Vive la vie et vive le vent, et vive le printemps"

    Alors j'ai cherché entre allégorie du printemps, dont celle de Botticelli, c'est à lui que j'ai pensé en premier lieu, mais je savais qu'il tenterait quelqu'un d'autre, c'est le cas de Lilou, et sur son blog vous pourrez trouver les liens vers les autres participations. 

    Et puis il y a les illustrations du printemps, on en trouve un grand nombre et sous toutes ses formes, mais principalement les fleurs. Et je suis tombée sur ce tableau de John William Waterhouse, qui correspond tout à fait à ce que je voulais exprimer avec ce thème, et pardon si je remue le couteau dans la plaie, c'est ce que nous voudrions tellement pouvoir faire en ce moment,

     

    Eloge du printemps et de la vie pour le tableau du samedi

    Une chanson de printemps - 1913 - donc vers la fin de sa vie - Collection particulière

     

    Tout est là, une belle nature qui reverdit et fleurit, la joie de se découvrir pour profiter des premiers vrais soleils, ramasser les fleurs, jouer de la flute et sans doute chanter aussi... La vie quoi !

    "John William Waterhouse (6 avril 1849 - 10 février 1917) est un peintre britannique proche du style et des sujets des préraphaélites, connu pour ses tableaux inspirés de la mythologie et de la littérature." Là, pour une fois, il s'éloigne de ses sujets de prédilection pour un tableau léger et d'une grande douceur.

    Toutes ses œuvres sur Wikipedia aussi : 

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_peintures_de_John_William_Waterhouse

     

     

    Pour le tableau du samedi, et poursuivre l’œuvre de Lady Marianne

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Deux mots sur le peintre, et on partage. Et voilà ! 

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

     

    Avignon depuis la tour Philippe le Bel à Villeneuve

     

    Depuis le haut de la Tour Philippe le Bel à Villeneuve les Avignon, on voit le Rhône et la ville d'Avignon avec la silhouette si facilement identifiable du majestueux Palais des Papes. On voit aussi les berges du fleuve arborées, cachant ainsi le nœud routier. La Tour se trouvait de l'autre côté de la frontière, avant la réorganisation de la Révolution : d'un côté l'état pontifical, de l'autre le Royaume de France. C'était donc une tour de guet. 

    Avignon depuis la tour Philippe le Bel à Villeneuve

     

     

     

    Sur cette vue depuis le Rocher des Doms on voit bien le pont St Benezet et dans l'axe la Tour Philippe le Bel.

     

     

    Le Clic Clac , c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine...

    Sur le blog de Tortue

     

     


    3 commentaires