•  

    Un pigeonier dans le Périgord

     

    Une de mes premières huiles sur toile. J'avais surtout travaillé sur la couleur. 

    D'après l'une des mes photos.


    5 commentaires
  •  

    Le baiser le plus acrobatique de l'histoire de l'art : Marc Chagall, L'anniversaire, 1915

     

    "Marc Chagall nous offre le baiser le plus acrobatique de l'histoire de l'art : l'homme contorsionne sa tête de façon irréelle pour embrasser sa fiancée. Chagall a réalisé L'anniversaire à l’âge de 28 ans, en 1915, pour se dépeindre avec son grand amour Bella Rosenfeld, qu’il a épousée la même année. Chagall écrira plus tard que leur amour a débuté au premier regard, pour se poursuivre pendant 35 ans. Chagall est un vrai conteur d'histoires, les personnages flottants et les couleurs vives sont des éléments récurrents dans sa peinture. L'œuvre est située au MoMa à New York." Barnebys Magazine

     

    Pour le tableau du samedi, le thème éternel de l'amour : "l'amour toujour l'amour, le baiser en peinture"

    Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions, deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

    Toutes les participations sur le blog de Lilou,

    il y aura sans doute des doublons... mais tant pis. Et bien non, pas de doublons, n'est-ce pas merveilleux ?

     

     


    11 commentaires
  •  

     

    Le clic clac du vendredi : deux sculptures de St Barnard à Romans

     

    Deux sculptures, en bois polychrome, de la nef de Saint Barnard à Romans, un Saint Roch accompagné de son chien, les Romanais lui dédicacent cette statue après la peste de 1628-1630 ;

    et un Saint Sébastien. Toutes deux sont des témoins de la tradition et de la ferveur populaires.

     

    Le Clic Clac , c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine...  Sur le blog de Turtle

     

     


    7 commentaires
  •  

    Au départ de ma recherche une œuvre entrevue dans le film "Orgueil et Préjugés" sorti en 2005

    Le voile qui dévoile en sculpture - entre esthétique et prouesse technique

    Raffaelle Monti, A Veiled Vestal Virgin,1847, Chatsworth House, England

     

    et du nom de l'auteur de cette sculpture. Elizabeth Bennet visitant le château de Pemberley tombe, notamment, sur cette statue - La scène a été tournée dans le château de Chastworth, avec, au passage, un anachronisme, Jane Austen ayant situé son roman au tout début du XIXe siècle, mais là n'est pas le sujet. (1)

    Cette œuvre de Raffaelle Monti constitue une prouesse technique en reproduisant dans le marbre la transparence d'un voile qui en fait dévoile le visage. Un procédé utilisé depuis l'Antiquité grecque avec le rendu "mouillé" qui, sous le tissu, dévoilait les formes.

     

    Le voile qui dévoile en sculpture - entre esthétique et prouesse technique

    entre la représentation d'un vêtement quotidien et son simple rendu, la sculpture hellénistique introduit l'esthétique du drapé sous lequel le corps est tout autant dévoilé que voilé. Le drapé devient un constituant à part entière de l'esthétique, accrochant la lumière, rendant le mouvement. 

    Par delà la symbolique du voile, je m'attache ici à cet élément artistique, le voile, en tant que vêtement de la femme, représenté par des hommes...

    Une exception cependant, le fameux christ voilé de Naples

    Le voile qui dévoile en sculpture - entre esthétique et prouesse technique

    sculpture en marbre de Giuseppe Sanmartino, chapelle Sansevero de Naples, Wikipedia

    dans la même veine que la Vestale de Raffaelle Monti, et pour lesquels on peut se poser la question d'un certain maniérisme, la prouesse technique pour la prouesse ?

    Il n'en reste pas moins une forte expressivité héritée du baroque et des "extases" du Bernin.

    Lire la suite...


    8 commentaires
  • Pour samedi prochain, et pour ne pas croire que l'amour ne se fête qu'un seul jour dans l'annéee, je propose :

    L'amour toujours l'amour,

    ...  et plus particulièrement le baiser en peinture, le baiser, le bisou... ce que vous voulez.

    Pour lancer l'idée j'ai choisi de parler des amoureux de Peynet, qui ont eu leur succès et dont l'histoire est liée à celle de Valence où le kiosque a inspiré l'artiste et a pris le nom de kiosque de Peynet,

     

    Le tableau du samedi pour le 22 février : l'amour, toujours l'amour

    ici, sur une carte postale commémorative, les amoureux devant le kiosque

     

    et pour compléter, comme nous sommes en période électorale, j'ai trouvé un dessin en rapport :

    Le tableau du samedi pour le 22 février : l'amour, toujours l'amour

     

    Si seulement nous pouvions voter pour l'amour ! Allez, on peut toujours rêver avec les amoureux de Peynet

     

    Le tableau du samedi pour le 22 février : l'amour, toujours l'amour

     Un petit rappel, le samedi nous parlons peinture, mais avant tout d'un tableau, ou de plusieurs (Lady Marianne ne souhaitait pas que nous postions plusieurs tableaux, mais pourquoi pas ? ) et pas d'un peintre...

    Retrouvez les participations sur le blog de Lilou Soleil


    9 commentaires
  • Enfin, c'était hier, mais il n'est jamais trop tard pour offrir des fleurs...

    Un petit bouquet ça fait toujours plaisir...

     

    J'ai choisi ces pivoines peintes par un artiste d'origine russe mais établi en France, Sergueï Toutounov

     

    Le tableau du samedi - aujourd'hui on offre un bouquet pour la St Valentin...

     

    Cela peut faire un beau bouquet de Saint Valentin - j'adore les pivoines - même si elles ne sont pas vraiment de saison...

    J'aime la douceur de cette toile. L'artiste nous propose une page pour suivre l'évolution de la peinture ,http://www.toutounov.fr/Lesson4.htm

    "Sergueï Toutounov est né en 1958 à Moscou dans une famille d’artistes peintres. Enfant, il suit une formation régulière et systématique du dessin et de la peinture sous l’égide de son père, Sergueï Andréïévitch. Selon l’artiste, il a été son principal professeur. De 1974 à 1980, il étudie à l’Institut d’Art Sourikov à Moscou d’où il sort diplômé en tant que peintre de chevalet. En 1982, il épouse une Française d’origine russe et vient s’installer à Paris. Actuellement il vit dans son atelier à Bussy-en-Othe".

     

    Le tableau du samedi - aujourd'hui on offre un bouquet pour la St Valentin...Le samedi,on présente un tableau en quelques mots en disant pourquoi il nous plaît ou nous émeut, ou nous trouble. Et voila.
    Vous n'avez pas fait les beaux arts ? moi non plus, on parle d'émotions,
    deux mots sur le peintre, et on partage.

     en souvenir de Lady Marianne

     

    Toutes les participations sur le blog de Lilou

     


    7 commentaires
  •  

    Le clic clac du vendredi : Romans capitale de la chaussure

     

    Pour rendre hommage à l'une des activités phares de la ville, le musée de la Chaussure a fait installer dans plusieurs lieux emblématiques, comme ici devant la tour du Jacquemart, 8 chaussures géantes dont celle-ci, le derby tressé,  en référence à l'un des grands créateurs de Romans, Stephane Kélian

     

    Le Clic Clac  proposé par Tortue, c'est une photo publiée le vendredi pourvu qu'elle soit rigolote, insolite, amusante, poétique, anodine...

     

     


    9 commentaires
  •  

    Pour la Saint Valentin pourquoi ne pas offrir un bouquet de fleurs ?

     

    Le tableau du samedi pour le 15 février

     

    Un petit bouquet ça fait toujours plaisir...

    A samedi donc,


    9 commentaires