• Quoi de mieux qu'une soupe "joyeuse" pour réchauffer l’hiver ? A la base : la bourrache

     

    La soupe joyeuse

     

    devenue "mauvaise herbe" alors qu'elle était cultivée comme légume, condiment et médicament. Les fleurs peuvent agrémenter les salades, macérées dans du vin, elles effacent la tristesse.

     

    La soupe joyeuse : Pour 250 grammes de jeunes pousses - toute la plante est comestible - ajouter 3 pommes de terre et un oignon. Faire revenir l'oignon dans de l'huile d'olive, ajouter la bourrache et les pommes de terre coupées, mouiller et laisser cuire un demi heure environ.

     

    La bourrache a retrouvé le chemin de nos jardins et de leur périphérie. La photo de gauche a été prise dans le jardin médiéval de Valence et celle de droite sur un bord de chemin dans l'Ardèche.  Elle est redécouverte aujourd'hui comme cure de jouvence pour ses vertus d'hypotenseur, par résorption des dépôts lipidiques dans les vaisseaux sanguins. Elle aide aussi à lutter contre le vieillissement de la peau. Bien sympathique la bourrache !

     


    votre commentaire
  • Le miel rosat est efficace en gargarisme, en cas de mal de gorge, ou en bain de bouche, il peut être bienvenu à l'approche de l'hiver.

     

    Miel rosat

    Il est possible de garder des pétales de roses en été, ou sinon se procurer 100 grammes de  pétales en herboristerie (pharmacie). Faire infuser dans de l'eau chaude pendant 12 heures, filtrer puis mélanger à 100 grammes de miel. Porter à feu doux pour obtenir un sirop. Laisser refroidir avant de mettre en pot.

    C'est une spécialité de Provins et l'on peut se procurer du miel notamment sur :

    www.provins.org/larondedesabeilles

     

     


    2 commentaires
  • La consoude, symphytum officinale, est une plante injustement oubliée et qui a rendu de grands services aux hommes, comme aux animaux.

    Beignets de consoude

    extrait de mon calendrier 2016 (voir ICI)

     

    On peut la trouver à l'état sauvage, mais aussi l'introduire au jardin.

    Riche en protéines, elle peut se consommer comme légume, comme les épinards, et en beignets elle prend un goût de poisson, la recette est simple:

    plonger deux feuilles, faces inférieures l'une contre l'autre- dans la pâte avant de frire.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Souvenirs d'enfance : la table de Noël

    Chez mes grands-parents à Visan, dans le Vaucluse (*)

    Noël, on le sait se conjugue avec l'enfance et les souvenirs qu'il nous fabrique sont parmi les meilleurs que l'on garde au fond de sa mémoire. Chez mes grands-parents toute la famille se réunissait autour du réveillon, après la messe de minuit, où nous allions tous.  Alors, elle avait vraiment lieu à minuit, après que l'on ait mis dans la cheminée la grosse bûche. Nous les enfants, nous tenions bon dans l'attente du réveillon et sa magie.

    Là il s'agit du lendemain, pour le repas de Noël, le vrai repas familial où nous savourions les spécialités de ma grand-mère, dont les fameuses tartines de grives au genièvre. Je n'ai pas le souvenir que nous respections la tradition provençale des treize desserts. Voir le site de la ville d'Aix en Provence ICI

    Souvenirs d'enfance : la table de Noël

    la table calendale reconstituée ici dans le péristyle de la Mairie d'Avignon par les Huchers de Provence en 2010

    Si nous sortions bien la belle vaisselle, les bonnes bouteilles de vin vieux, la région de Visan en est riche, les mets festifs traditionnels de Noël, volailles, cardons..., on le voit, la décoration était simple. Le sapin ne s'orne que de coton, pour la neige, de clémentines et de bougies que l'on éclairait lorsqu'on était présents pour éviter les incendies.  Rien à voir avec les dérives actuelles, depuis que ces fêtes ont pris un caractère commercial. Pour nous, primait la convivialité familiale, et c'est bien ce qui nous a fabriqué de si beaux souvenirs.

    (*) une autre photo avec ma maman et ma sœur sur mon blog "Échappées de Lumière"  ici

     


    2 commentaires
  • "La gigérine, également appelée « pastèque à confiture », barbarine, méréville ou citre, est une variété de la pastèque (Citrullus lanatus), de la famille des Cucurbitaceae." Wikipedia

    La confiture de gigérine - citre

    gigerine achetée sur le marché de la place des Carmes à Avignon

    Pour moi, la confiture de gigerine est bien une tradition car c'était, parmi les confitures confectionnées par ma grand-mère, ma préférée, avec la gelée de groseilles à sa façon. Je fais des confitures depuis peu, et en petites quantités, faute d'avoir une vraie marmite à confitures. Et je n'ai pas hérité de ses recettes, je vais donc les chercher ailleurs. Celle de la gigerine je l'ai trouvée dans "l'alimentation provençale et la santé " - 150 recettes traditionnelles - sous l'égide de la MSA.

    Prendre :
    4 kg de citre ou gigerine
    2kg de sucre
    2 oranges
    2 citrons

    Déjà, je n'ai pris qu'une gigerine, soit 1.7 kg - un citron et demi -  800 gr de sucre et une mandarine confite- faute d'avoir trouvé des oranges non traitées.

     "Couper la chair de la gigerine en cubes.
    Faire macérer une nuit avec le sucre, les oranges et les citrons coupés en morceaux.
    Faire cuire une heure.
    Laisser refroidir.
    Cuire à nouveau une 1/2 heure.
    Mettre en pot immédiatement.
    Fermer et retourner
    si vous la stérilisez, vous pouvez diminuer la quantité de sucre.
    Il est possible de rajouter un peu de rhum.
    cette confiture peut être faite aussi avec du melon vert ou de la pastèque."

    La confiture de gigerine - citre

    Je laisse les morceaux, question de goût et j'utilise de l'agar-agar pour gélifier et faire moins cuire. Pour le sucre je n'utilise que du sucre "commerce équitable", pur canne, blond de préférence, il est plus cher mais a plus de goût.  Le problème de conservation se pose peu car vu la faible quantité que je produis, là 4 pots seulement, elles sont vites consommées, mes confitures. Elles ne sont pas économiques, étant donné que je dois acheter tous les ingrédients, reste surtout le plaisir de les faire soi-même.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique